L'attaque meurtrière à la préfecture de police de Paris

Il était peu après 12h30 jeudi 3 octobre 2019 quand un agent administratif de la préfecture de police de Paris a attaqué plusieurs de ses collègues avec un couteau de cuisine, avant d’être abattu par un policier.

Police, justice et faits divers
Le préfet de police de Paris dénombre "sept policiers désarmés" depuis l'attaque de la préfecture

Le préfet de police de Paris dénombre "sept policiers désarmés" depuis l'attaque de la préfecture

SÉCURITÉ - Auditionné ce mercredi devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale, Didier Lallement , préfet de police de Paris a annoncé que "sept policiers avaient été "désarmés" à la suite de signalements pour radicalisation "depuis le 3 octobre", date de l'attaque à la préfecture de police de Paris. IL a par ailleurs demandé "trois suspensions" dont "une" a été mise en oeuvre.

Police, justice et faits divers
Attentat à la préfecture de Paris : 27 fonctionnaires de police signalés pour radicalisation

Attentat à la préfecture de Paris : 27 fonctionnaires de police signalés pour radicalisation

SIGNALEMENTS - Depuis le 3 octobre dernier, les signalements de fonctionnaires de police pour radicalisation sont nombreux, notamment après la note du préfet de police alertant ses directeurs de service sur les signes de radicalisation. Le nombre de personnes signalées à la préfecture de police de Paris serait actuellement de 27, d'après des informations confirmées à LCI.

Police, justice et faits divers
Radicalisation : un policier révoqué...mais réintégré

Radicalisation : un policier révoqué...mais réintégré

JT 20H - Le signalement de la radicalisation d'un policier n'est pas une affaire simple. L'attaque de la préfecture de police de Paris l'a montré. L'histoire d'un policier radicalisé, révoqué par le ministre, mais réintégré par la justice le confirme.

Sujets de société
Gonesse : l'imam controversé de la mosquée que fréquentait Mickaël Harpon écarté

Gonesse : l'imam controversé de la mosquée que fréquentait Mickaël Harpon écarté

RADICALISATION - Ahmed Hilali, l'imam dont les prêches avaient été suivis par Mickaël Harpon, l'auteur de l'attaque de la préfecture de police de Paris, a été écarté de la salle de prière de Gonesse, a annoncé vendredi la municipalité du Val d'Oise. Il est soupçonné de radicalisation, ce que l'intéressé a nié.

Police, justice et faits divers
Une semaine après l’attaque à la préfecture, "une ambiance lourde" plane dans la police

Une semaine après l’attaque à la préfecture, "une ambiance lourde" plane dans la police

TÉMOIGNAGES - Huit jours après l’attaque de la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts, le climat est lourd au sein des services de police de la région parisienne. Et une certaine paranoïa s'est installée dans les commissariats après l’appel présidentiel à une "société de vigilance". Trois policiers nous ont livré leur ressenti.

Police, justice et faits divers
Soupçons de radicalisation : deux policiers désarmés

Soupçons de radicalisation : deux policiers désarmés

DÉCRYPTAGE - Dans sa chronique "Les indispensables", Fabien Crombé s'est intéressé ce vendredi 11 octobre 2019 à cette affaire de désarmement de deux policiers soupçonnés de radicalisation.

Police, justice et faits divers
Attaque à la préfecture de police : deux policiers désarmés après des soupçons de radicalisation

Attaque à la préfecture de police : deux policiers désarmés après des soupçons de radicalisation

CONSÉQUENCES INDIRECTES - Huit jours après l'attaque de la préfecture de police de Paris, ayant coûté la vie à quatre membres des forces de l'ordre, sans compter l'assaillant, deux policiers, un brigadier et un capitaine de police, ont été désarmés au nom du principe de précaution, pour soupçons de radicalisation. L'un d'eux a même été suspendu provisoirement de ses fonctions.

Police, justice et faits divers
Appels malveillants dans des commissariats franciliens : un suspect de 17 ans interpellé

Appels malveillants dans des commissariats franciliens : un suspect de 17 ans interpellé

ENQUÊTE - Depuis le jeudi 3 octobre, jour de l'attaque terroriste à la préfecture de police de Paris, plusieurs commissariats franciliens ont reçu des appels téléphoniques anonymes menaçants. L'auteur présumé des faits, un adolescent âgé de 17 ans, a été interpellé à son domicile de Gap dans les Hautes-Alpes.

Police, justice et faits divers
Manifestation interdite en soutien à Mickaël Harpon : la garde à vue de l'organisateur a été levée

Manifestation interdite en soutien à Mickaël Harpon : la garde à vue de l'organisateur a été levée

TERRORISME - Hadama Traoré, "candidat des banlieues" aux dernières élections européennes, souhaitait organiser un rassemblement de soutien à Mickaël Harpon ce jeudi 10 octobre devant son domicile de Gonesse (Val-d'Oise). Face à l'indignation, le rassemblement a été interdit. L'intéressé a été placé en garde à vue mercredi avant qu'elle ne soit levée ce jeudi.

Police, justice et faits divers
"Comme possédé", le "regard vide" : le policier qui a abattu Mickaël Harpon décrit l'assaillant

"Comme possédé", le "regard vide" : le policier qui a abattu Mickaël Harpon décrit l'assaillant

TÉMOIGNAGE - Jonathan, 24 ans, n'était à la préfecture de police que depuis six jours quand, le 3 octobre, un informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police a tué quatre de ses collègues au couteau et blessé une quatrième grièvement. Aux enquêteurs qui l'ont interrogé, le gardien de la paix ia décrit le tueur comme quelqu'un de "déterminé" qui était comme "possédé".

Police, justice et faits divers
Attaque à la préfecture de police : plaintes contre X après des tags "anti-flics" et des appels faisant l'apologie du terrorisme

Attaque à la préfecture de police : plaintes contre X après des tags "anti-flics" et des appels faisant l'apologie du terrorisme

APOLOGIE - Depuis l'attaque de la préfecture de police de Paris, des graffitis en hommage au tueur ont été tagués dans un centre commercial du XIIIe arrondissement de Paris. Plusieurs commissariats d'Île-de-France ont également reçu des appels malveillants pendant lesquels des chants islamistes étaient diffusés en boucle.

Police, justice et faits divers
Pourquoi l'imam de la mosquée que fréquentait Mickaël Harpon n'a-t-il pas été expulsé en 2015 ?

Pourquoi l'imam de la mosquée que fréquentait Mickaël Harpon n'a-t-il pas été expulsé en 2015 ?

POLÉMIQUE - Mickaël Harpon, auteur des quatre assassinats perpétrés le 3 octobre à la préfecture de police de Paris, fréquentait la mosquée de Gonesse (Val d'Oise). Un des deux imams, Ahmed Ilali, aurait dû quitter la France en 2015 alors qu'il était imam à Sarcelles. Quatre ans plus tard, ce dernier est toujours présent, et assure cinq prières quotidiennes à la mosquée de Gonesse.

Sujets de société
Attaque à la préfecture de police : qui étaient Anthony, Aurélia, Brice et Damien, tués par leur collègue Mickaël Harpon ?

Attaque à la préfecture de police : qui étaient Anthony, Aurélia, Brice et Damien, tués par leur collègue Mickaël Harpon ?

VICTIMES - Ils ont été tués par un de leurs collègues, Mickaël Harpon, au sein de la préfecture de police de Paris jeudi 3 octobre. Anthony, Aurélia, Brice et Damien y travaillaient en tant que policiers ou agents administratifs. Un hommage leur est rendu ce mardi. La Légion d'honneur leur a été remise à titre posthume.

Police, justice et faits divers
Combien de fonctionnaires du ministère de l’Intérieur sont-ils suivis pour radicalisation ?

Combien de fonctionnaires du ministère de l’Intérieur sont-ils suivis pour radicalisation ?

ISLAMISME - La radicalisation de Mickaël Harpon, agent administratif à la préfecture de police de Paris, est passée inaperçue ou presque. Un dispositif de surveillance existe pourtant, pour suivre les fonctionnaires soupçonnés d’adhérer à un islam radical. Les cas recoupent diverses réalités, entre changement d’apparence et soutien affiché au djihad.

Politique
REPLAY - Municipales à Marseille, débat sur l'immigration, rapports avec la police... L'interview exclusive de Jean-Luc Mélenchon sur LCI

REPLAY - Municipales à Marseille, débat sur l'immigration, rapports avec la police... L'interview exclusive de Jean-Luc Mélenchon sur LCI

ENTRETIEN - Pour la première fois depuis son procès pour "rébellion", Jean-Luc Mélenchon répond aux questions d'Amélie Carrouer, sur LCI. Durant ce long entretien, le leader des Insoumis revient notamment sur sa vision de la police et des magistrats, le débat parlementaire sur l'immigration mais aussi sur les municipales. Il confirme à l'occasion qu'il ne sera pas candidat à Marseille.

Police, justice et faits divers
Secret Défense : combien d'agents habilités en France ? Quels contrôles ?

Secret Défense : combien d'agents habilités en France ? Quels contrôles ?

ECLAIRAGE - L'agent administratif de la préfecture de police qui a tué quatre de ses collègues était habilité secret défense. Qui sont les agents habilités ? Comment sont-ils autorisés à accéder aux documents classifiés ? Comment sont organisés les contrôles ?

Police, justice et faits divers
Quels contrôles pour prévenir la radicalisation dans les services publics ?

Quels contrôles pour prévenir la radicalisation dans les services publics ?

JT 20H - Le fait pour un fonctionnaire de se convertir à l'islam radical n'est pas un motif de licenciement. C'était le cas du tueur de la préfecture de police. Qu'en est-il des autres fonctionnaires ? Existe-t-il des procédures en cas de dérive ?

Politique
Aujourd'hui dans "24h Pujadas" : Préfecture de Police - Quelles sont les failles ?

Aujourd'hui dans "24h Pujadas" : Préfecture de Police - Quelles sont les failles ?

Au sommaire du Lundi 7 octobre : Préfecture de Police - Quelles sont les failles ? Que reproche-t-on à C. Castaner ? Immigration - Quelles sont les pistes du gouvernement ? Quels sont les enjeux de la réforme ? Service minimum - Le service minimum étendu, ce que ça change pour les crèches et les cantines ?

Police, justice et faits divers
Tuerie à la préfecture : la difficile traque de la radicalisation dans la police

Tuerie à la préfecture : la difficile traque de la radicalisation dans la police

POLICE - Après l'attaque à la préfecture de police, au cours de laquelle quatre policiers ont été tués, le gouvernement a reconnu un "dysfonctionnement d'Etat" ce lundi. En cause : la radicalisation de Mickaël H., passée inaperçue. Et ce, malgré plusieurs dispositifs mis en place ces dernières années.

Tout
TF1 Info