Se connecter

Directs

Comment reconnaître les principales maladies du chien et les éviter ?

par Coline GRASSET pour TF1 INFO
Publié le 19 août 2023 à 8h00

Source : Sujet TF1 Info

Selon un sondage IFOP pour Woopets fin 2022, les Français dépensent en moyenne 145 € en frais vétérinaires par an.
Environ un Français sur trois possède au moins un chien.
En vieillissant ou avec une alimentation inadaptée, ces animaux peuvent développer de nombreuses maladies.

Certaines races de chiens sont plus sensibles que d'autres aux problèmes de santé en raison de prédispositions génétiques. Mais le développement d'une maladie dépend aussi de facteurs environnementaux, de l'âge et du mode de vie. Voici les maladies les plus courantes, avec leurs principaux symptômes pour les détecter au plus vite et les traiter.

Quelles sont les maladies liées aux parasites du chien ?

Proliférant dans la nature dès le printemps, les parasites externes comme les puces, les tiques ou les phlébotomes raffolent du sang de l'animal. Les piqûres sont désagréables pour le chien, mais elles présentent surtout le risque de lui transmettre une maladie. 

La Maladie de Lyme transmise par une tique infectée peut toucher vos animaux avec fièvre, léthargie, perte d'appétit, douleurs et gonflements articulaires. Sans traitement antibiotique adapté, elle peut affecter les organes et les muscles du chien jusqu'à devenir fatale. Moins grave, l'anaplasmose a les mêmes causes, symptômes et traitements. Cet acarien peut également transmettre la piroplasmose canine (fièvre de la tique ou babésiose). Elle se traduit par de nombreux symptômes : fièvre, léthargie, vomissements, diarrhées, douleurs abdominales, perte d'appétit, urines foncées, difficultés respiratoires, troubles de la coordination. L'administration d'un antiparasitaire s'impose rapidement pour éviter les défaillances d'organes et le décès du chien. La meilleure façon de les éviter est de traiter votre chien contre les parasites externes en prévention à chaque début de printemps et de surveiller son pelage

Du côté des parasites internes, le ver du cœur est redoutable. Le moustique est le principal vecteur de la dirofilariose, essentiellement présente en France dans les régions du sud. En se développant, les nématodes s'installent dans le cœur et les artères pulmonaires, avec une prolifération silencieuse et asymptomatique au début. Plusieurs mois après, les symptômes apparaissent : baisse de l'appétit et de la tonicité, toux, difficultés respiratoires, insuffisance cardiaque, épanchement pleural, malaises… Selon le Docteur Damoiseaux, spécialiste en cardiologie animale au Centre Hospitalier Vétérinaire Frégis à Paris, un traitement antiparasitaire est possible, mais risqué. Une intervention chirurgicale est aussi parfois réalisable. Cependant, le meilleur traitement reste la prévention. Parlez-en avec votre vétérinaire !

Les autres maladies fréquentes chez le chien

Comme les humains, les chiens peuvent développer diverses maladies courantes, dues à une alimentation inadaptée ou la vieillesse. Elles nécessitent une consultation vétérinaire afin de prescrire le traitement nécessaire.

Ils sont sensibles aux infections de l'oreille, surtout s'il s'agit d'une race aux oreilles tombantes (Beagle, Cavalier King Charles, teckel, cocker…), avec écoulement auriculaire, rougeur, mauvaise odeur et grattage excessif. Les chiennes peuvent aussi avoir des infections urinaires qui se traduisent par des douleurs et difficultés à la miction, de la fièvre et une léthargie. 

Les maladies dentaires sont également courantes, causées par une infection dentaire, une gingivite ou simplement le tartre et la plaque dentaire. On les détecte par la perte d'appétit, des dents cassées, une mauvaise haleine, le saignement des gencives. Pour les éviter, le vétérinaire pourra vous conseiller des os spéciaux à ronger. Un traitement dentaire permet éventuellement de les soulager et de les guérir. 

Côté articulaire, certaines races sont prédisposées, comme le Berger allemand. L'arthrite et la dysplasie de la hanche sont progressives et amplifiées par le surpoids. Elles se repèrent par la raideur de l'arrière-train et une douleur manifeste au mouvement.

Enfin, la cardiomyopathie (insuffisance cardiaque congestive) et le diabète sont courants chez les chiens qui ont une mauvaise alimentation et souffrent d'obésité.


Coline GRASSET pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info