LIBERATION FISCALE - Moins de la moitié de ce que le contribuable moyen gagne va vraiment dans sa poche. Du 1er janvier au 25 juillet 2016, les Français ont d'abord travaillé pour remplir les caisses publiques (en bénéficiant de ses infrastructures et de ses services).

Votre travail alimente davantage les caisses publiques que votre compte en banque. Si bien que ce n'est, pour le contribuable moyen, qu'à partir du 26 juillet que le fruit de son labeur va vraiment dans sa poche. Car une bonne moitié des revenus est captée par les impôts, les contributions sociales ou la taxe sur la valeur ajoutée notamment.

Cette date pivot, surnommée "jour de libération fiscale", a été calculée par l'association Contribuables associés , dont le leitmotiv est "la chasse aux gaspillages et la maîtrise de la dépense publique". 

Dépenses publiques = 56,60% du PIB

La méthode est simple : les dépenses publiques (Etat, collectivités territoriales, Sécurité sociale...) représentent 56,60% des richesses produites en France (le produit intérieur brut ou PIB) en 2016. Rapporté au calendrier de l'année, cela représente 207,2 jours. Ce qui amène au 26 juillet.

Ce ratio entre les dépenses publiques et le PIB fluctue d'une année sur l'autre en fonction de la politique menée. Voici pour les années précédentes quelques exemples de dates auxquelles la "libération fiscale" est intervenue, toujours selon les calculs de l'association :
2015 ⇒ 27 juillet
2012 ⇒ 24 juillet
2008 ⇒  12 juillet
2005 ⇒ 16 juillet
2002 ⇒ 12 juillet
1999 ⇒ 17 juillet

Mise à jour 26 juillet 2016   Pour l' Institut économique Molinari , le jour de libération fiscale arrive encore un peu plus tard : le 29 juillet. L'organisme s'appuie sur des données qui diffèrent légèrement, estimant que le taux de taxation atteint 57,53%.

A LIRE AUSSI
>> 
Les dates à retenir pour l'année fiscale 2016
>> 
Carburant : combien payez-vous vraiment de taxes ?


Laurence VALDÉS

Tout
TF1 Info