Vie pratique

Aides de la CAF, remise carburant, encadrement des loyers… Ce qui change pour votre vie quotidienne au 1er avril

Geoffrey Lopes
Publié le 31 mars 2022 à 7h30
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Plusieurs évolutions administratives affectent vos finances et votre vie quotidienne à partir du 1er avril.
Augmentation de certains minimas sociaux, remises sur les carburants, fin des terrasses chauffées…
En voici le résumé.

La guerre en Ukraine et l’élection présidentielle accaparent les chaînes d’information. Ces deux faits d’actualité ont une incidence plus ou moins direct sur votre porte-monnaie. L’inflation notamment continue de croître et oblige le gouvernement à réagir.

Remise carburant jusqu’à 18 centimes

Pour faire face à l’explosion des prix de l’essence et du gazole, Jean Castex avait annoncé début mars une remise à la pompe pour tous les automobilistes. En métropole, la remise carburant atteint dès ce 1er avril 18 centimes par litre. Elle s’élève à 17 centimes en Corse (TVA de 13 %) et à 15 centimes en Outre-mer (pas de TVA sur les produits pétroliers). Avec ce coup de pouce supplémentaire, les automobilistes pourront gagner, dès le 1er avril et jusqu’au 31 juillet, 11 euros pour 60 litres.

À noter que Patrice Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, a annoncé qu'il ferait un geste supplémentaire pour aider les automobilistes à faire face à la flambée des prix des carburants. Le géant pétrolier applique une remise en caisse de 10 centimes par litre dans toutes ses stations-service dès le 1er avril.

Revalorisation des aides de la CAF

Comme chaque année en avril, le montant de plusieurs allocations de la CAF augmente pour coller à l’inflation :

- RSA : réservée aux moins de 25 ans, l’allocation progresse de 1,8 %. En 2021, une personne éligible seule vivant en France (hors Mayotte) bénéficiait d’une allocation forfaitaire mensuelle de 565,34 €. Dès le versement du mois de mai, cette même personne touchera 575,52 €, soit une augmentation d’environ 10 euros par mois. Un couple touchera désormais 863,28 € par mois contre 848,01 € jusqu’à présent. Une personne seule avec un enfant percevra la même somme que pour un couple.

- Prime d'activité : le complément de revenu mensuel, qui s’adresse aux travailleurs aux revenus modestes, augmente de 1,8 %. Pour rappel, la revalorisation n'avait été que de 0,1 % au printemps 2021. Cela correspond à un gain d’environ 10 € par mois, passant à un montant forfaitaire maximum de 563,68 euros pour une personne seule. Une majoration de 50 % s’ajoute pour la première personne supplémentaire de moins de 25 ans, puis de 30 % par personne additionnelle. Si le foyer comporte plus de deux enfants, la majoration s’élève à 40 % par personne supplémentaire.

- Allocations familiales : léger rebond de ce fond réservé aux familles de plus de deux enfants de moins de 20 ans en fonction des revenus du couple. Pour les familles aux plus faibles revenus, elles passent de 131,95 € en 2021 à 134,46 € par mois.

- Allocation aux adultes handicapés : le montant maximal de l’AAH atteint désormais 919,86 € contre 903,60 € en 2021.

- Allocation d'éducation d'un enfant handicapé : l’AEEH, permettant à des parents en charge d’un enfant handicapé de pourvoir à son éducation et à ses soins, grimpe à 135,13 € par mois.

- Prime de naissance : elle s’élève désormais à 965,34 € par enfant. Le versement est généralement effectué vers le 7e mois de grossesse. La prime d'adoption culmine quant à elle à 1 930,68 €.

Lire aussi

Encadrement des loyers : affichage du loyer de référence

À Lille, Lyon et Paris notamment, un encadrement des loyers s’applique déjà depuis plusieurs années. Mais les locataires n’en connaissent pas toujours le montant et ne savent pas si le propriétaire ou l’agence immobilière l’outrepasse. L'affichage du loyer maximum permis par l'encadrement des loyers devient obligatoire à partir du 1er avril sur les annonces des professionnels de l'immobilier, comme le recommande la loi sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN). Dans ces zones, les professionnels de l'immobilier devront désormais publier sur leurs annonces de location les trois informations suivantes :

- Le loyer de référence, fixé par arrêté en fonction des caractéristiques du bien (quartier, date de construction, meublé ou non meublé) ;

- Ce loyer majoré de 20 %, soit la limite autorisée par l'encadrement des loyers ;

- Si nécessaire, le complément de loyer, qui permet de dépasser la limite si le bien possède certaines caractéristiques de localisation ou de confort.

"Les agents ou mandataires affichant le tarif de leurs honoraires, devront désormais préciser qu'il s'agit d'un tarif maximum afin d'ouvrir aux clients la possibilité de le négocier à la baisse", précise le site du gouvernement.

Et aussi :

- Encadrement plus strict du démarchage téléphonique : à partir du 1er avril, une loi impose aux démarcheurs téléphoniques de vous demander votre accord explicite pour poursuivre la conversation au début de l’appel. "Dans le cas contraire, ils devront mettre fin à la conversation et retirer vos données de leurs listes », précise le site du gouvernement. Un délai de 24 heures avant la signature (obligatoirement manuscrite ou électronique) du contrat doit également être respecté.

- Fin des terrasses chauffées : à partir du 1er avril, les restaurateurs et cafetiers français doivent définitivement éteindre les chauffages de leurs terrasses, conformément à la loi climat du 22 août dernier.


Geoffrey Lopes

Tout
TF1 Info