Les relevés d'imposition 2023 laisseront peut-être un goût amer à certains.
Pour limiter l'impôt sur le revenu, il est possible d'investir dans certains services ou secteurs.
De nombreux crédits d'impôts à destination des particuliers existent en effet.

Les avis d’imposition 2023 sont disponibles en ligne depuis le 26 juillet. Un moment rarement apprécié, à moins de bénéficier cette année d’un remboursement ou d’une baisse. Pour limiter le montant de la facture, il est possible d’investir son argent dans des projets ou des services qui permettent d’obtenir un crédit d’impôt. Pour les particuliers, ils sont assez nombreux et variés. Ils permettent notamment d’inciter à investir dans des domaines vertueux, ou qui permettront de limiter le recours aux services de l’État.

Les crédits d’impôts pour les services à la personne

L’emploi d’une personne à domicile ouvre, quel que soit votre statut, le droit à une réduction d’impôt de 50 % sur les frais engagés. Cela peut aussi bien concerner la garde des enfants, le soutien scolaire ou une aide à domicile pour les personnes âgées que l’entretien de la maison (ménage, bricolage, jardinage), et l’assistance informatique. Le montant du remboursement est plafonné à 12.000 euros (avec une augmentation sous conditions). Des plafonds annuels liés à chaque service sont aussi appliqués à chaque foyer fiscal : 500 euros pour le petit bricolage, mais 5 000 euros pour le jardinage par exemple.

Les crédits d’impôts liés à la dépendance

Outre l’emploi de salariés à domicile, les dépenses liées à la dépendance des seniors peuvent aussi ouvrir à un remboursement d’impôts. Ainsi, si vous effectuez dans votre logement des travaux destinés à compenser une perte d’autonomie, vous pourrez bénéficier d’un crédit d’impôt remboursant 25 % des dépenses dans la limite de 5 000 euros pour une personne seule et 10 000 euros pour un couple. Cela s’applique aussi aux personnes en situation de handicap. Le même montant peut être déduit des frais d’hébergement en Ehpad, qu’ils soient assumés par le senior ou sa famille. Par ailleurs, si vous hébergez gracieusement un de vos parents qui ne dispose pas de ressources suffisantes, vous pouvez déduire, au titre des pensions alimentaires, une somme correspondant à l’hébergement et à la nourriture.

Les crédits d’impôts immobiliers

Pour améliorer l’accessibilité au logement, la réhabilitation de biens dans le cadre d’un investissement locatif est aussi aidée par l’État, à travers deux principaux crédits d’impôts. D’une part, le dispositif Denormandie s’applique aux logements anciens achetés dans certaines zones et rénovés pour être loués comme habitation principale pendant au moins 6 ans. Les travaux doivent représenter au moins 25 % du coût total de l’opération et une partie du budget doit être affectée à certaines rénovations. Assez encadré, ce dispositif permet de récupérer de 12 % à 21 % du prix du bien. Ce taux est appliqué à un maximum de 300.000 euros. D’autre part, les dispositifs Duflot et Pinel permettent d’obtenir une réduction d’impôt pour la location d’un logement neuf ou réhabilité pour atteindre les performances énergétiques du neuf. Le montant remboursé est identique. À noter également, le dispositif Loc’Avantages permet de compenser une réduction de loyer par rapport au marché, consentie à un locataire aux revenus modestes. Le crédit d’impôt sera systématiquement supérieur d’au moins 5 % à la réduction.

Les crédits d’impôts pour l’investissement

Crédit d’impôt assez connu, les dons aux associations sont déductibles à hauteur de 66 % à 75 % du montant versé, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Il en existe également un concernant l’investissement dans le capital de certaines entreprises. Le dispositif Madelin octroi une défiscalisation de 25 % des sommes versées. Le plafond annuel des versements est fixé à 50 000 euros pour une personne seule et à 100 000 euros pour un couple soumis à une imposition commune.


Victor LEFEBVRE pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info