Chèque énergie : pour les nombreux bénéficiaires oubliés, les associations réclament une meilleure communication

par Marie TERANNE
Publié le 11 avril 2024 à 17h06

Source : JT 20h Semaine

Tandis que la campagne d’envoi du chèque énergie a débuté mardi 2 avril, de nombreux ménages éligibles ne le recevront pourtant pas dans leur boîte aux lettres.
Un couac dû à la suppression de la taxe d'habitation, que dénoncent plusieurs associations.

Le gouvernement a lancé, mardi 2 avril, la campagne d'envoi des chèques énergie. Près de 5,6 millions de foyers, soit 20% des ménages français, sont éligibles à cette aide permettant de payer une partie des factures d’électricité, de gaz, ou d’un autre type de chauffage. Un dispositif habituellement simple dans sa mise en place, les foyers éligibles recevant systématiquement leur chèque après avoir effectué leur déclaration d'impôts.

Conséquence de la suppression de la taxe d'habitation

Mais cette année, près d’un million de foyers éligibles pourraient ne pas recevoir automatiquement ce chèque allant de 48 à 277 euros. En cause : la suppression de la taxe d'habitation, le 1er janvier 2023, qui faisait office de référence pour l'État, afin d'identifier les ménages éligibles. 

"Pour des raisons techniques liées à la suppression de la taxe d’habitation, les nouveaux foyers, d’étudiants ou de jeunes actifs par exemple, ou les foyers dont le revenu a baissé en 2022 par rapport à 2021, risquent de ne pas recevoir le chèque énergie", avait reconnu le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, en février. 

Les associations réclament "une procédure simple"

En réponse aux critiques d'associations, le ministre avait par ailleurs promis la création d'"un système de réclamation". Ce guichet prendra la forme d'un site dédié qui ne sera pas ouvert avant la fin de l'envoi automatique des chèques, à la fin du mois d'avril. 

"Nous demandons au ministre (...) de mettre en place une communication claire, et une procédure simple, pour permettre à tous les bénéficiaires d’accéder à cette aide", détaille l’association de consommateurs CLCV (Consommation Logement Cadre de vie), dans un communiqué publié mercredi 10 avril.

L'association prend l'exemple des chèques exceptionnels fioul et bois, qu'il fallait réclamer en 2022 sur une plateforme en ligne, et dont le taux d'usage avait été très faible. "Qu’en sera-t-il pour le chèque énergie, et ses protections associées, si dès à présent on n’explique pas clairement la situation, et qu’on n’incite pas les bénéficiaires potentiels à faire la bonne démarche dès que la plateforme sera ouverte ?", s'interroge CLCV dans ce texte signé par une vingtaine d'associations. 

À l'inverse, les personnes qui ne sont plus éligibles à cette aide cette année la recevront tout de même. Un "surcoût" estimé à 100 millions d’euros, "pour un budget global du chèque énergie de 900 millions d’euros par an", précise Bercy auprès du Parisien


Marie TERANNE

Tout
TF1 Info