Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Billets non remboursés : L’UFC-Que Choisir menace d'attaquer 57 compagnies aériennes dont Air France

par Mélinda DAVAN-SOULAS
Publié le 24 avril 2020 à 13h43
Billets non remboursés : L’UFC-Que Choisir menace d'attaquer 57 compagnies aériennes dont Air France

Source : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

MENACES - Avec l’annulation de très nombreux vols, les compagnies aériennes proposent des bons d’achat ou des avoirs à leurs clients. Une situation inacceptable pour l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir qui réclame un remboursement des sommes engagées. L’association de défense des consommateurs envisage de porter plainte en justice contre une cinquantaine de compagnies dont Air France.

Adieu cocotiers, plages dorées ou simples virées à l’étranger. Pour beaucoup, la pandémie de coronavirus a signé la fin du rêve des vacances programmées de longue date, en France ou à l’étranger. Les vols ont majoritairement été annulés par les compagnies aériennes, laissant souvent les passagers sans solution de repli. Mais surtout sans leur argent.

"Après que certaines compagnies ont fait exploser le prix des billets des Français bloqués à l’étranger au début de la crise, nombre d’entre elles entendent aujourd’hui renier le droit à remboursement des millions de passagers aux vols annulés en leur imposant un bon d’achat", déplore l’UFC-Que Choisir. L’association de défense des consommateurs a donc décidé de monter au créneau pour exiger le remboursement des billets pour tous les voyageurs.

L’UFC-Que Choisir regrette notamment "la campagne de désinformation sur les modalités de remboursement" et l’avoir imposé en compensation. Celle-ci a donc passé au crible les pratiques de 76 compagnies aériennes, représentant la très grande majorité du trafic annuel. "Seulement 23 % d’entre elles respectent leurs obligations et proposent le remboursement immédiat des billets annulés aux passagers", écrit l’association. Toutes les autres compagnies, soit 57 imposent en toute illégalité un avoir à validité variable, retardent le remboursement ou appliquent des frais de modification." Elle déplore également "le remboursement imposé en avoir" qui ne repose sur aucun fonds de garantie.

Lire aussi

La Commission européenne prône le remboursement en argent des billets

Et l’UFC-Que Choisir d’invoquer la réglementation européenne : "En cas d’annulation de vols, la compagnie aérienne est tenue de proposer en premier choix au consommateur le remboursement du billet, dans un délai de 7 jours, au prix auquel il a été acheté". La Commission européenne a, par ailleurs, rappelé mi-mars que le passager avait le doit d’opter plutôt pour un remboursement quand bien même la compagnie proposait un bon. "Les compagnies ne peuvent donc pas forcer les consommateurs à accepter un bon", conclut l’association, rappelant néanmoins qu’elle n’est pas opposée au principe des avoirs et invitant les clients à "examiner avec bienveillance l’opportunité d’un report ou d’un avoir". Mais cela doit rester leur choix.

Face à ce qu’elle considère comme du "mépris affiché" des compagnies à l’égard de leurs consommateurs et des autorités, l’UFC-Que Choisir a donc décidé de mettre en demeure 57 compagnies aériennes -dont Air France- de proposer en premier lieu le remboursement en argent du prix des billets annulés et de laisser le choix au passager du mode de remboursement. Faute de réaction, elle engagera alors des poursuites en justice.

La liste des compagnies aériennes refusant le remboursement des billets pour les vols annulés selon l'UFC-Que Choisir
La liste des compagnies aériennes refusant le remboursement des billets pour les vols annulés selon l'UFC-Que Choisir - UFC-Que Choisir

Comment se faire rembourser son billet ?

Si vous avez reçu un avoir sans votre consentement, l’UFC-Que Choisir a mis à disposition un modèle d’email à envoyer pour faire les démarches auprès des compagnies et obtenir le remboursement en argent. 

Lire aussi

La réglementation prévoit que si l’annulation est imputable à la compagnie, celle-ci doit proposer le remboursement. La situation étant exceptionnelle, vous ne pouvez cependant pas prétendre à des dommages et intérêts comme c’est habituellement le cas.


Mélinda DAVAN-SOULAS

Tout
TF1 Info