Le 20h

Obsolescence programmée : faites réparer vos appareils défectueux !

Publié le 15 juin 2018 à 12h45, mis à jour le 15 juin 2018 à 22h52
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

L'essentiel

BON DÉBARRAS ? - Plusieurs objets de notre quotidien sont conçus avec une durée de vie limitée - l'obsolescence programmée - pour accélérer l'achat d'un autre modèle estimé plus récent. Cette pratique préjudiciable pour les consommateurs ainsi que la planète est interdite par la loi. A tel point que de plus en plus de constructeurs s'engagent à effectuer les réparations.

C’est une pratique malheureusement très répandue et totalement à l’opposé de l’écologie. Depuis de nombreuses années, un certain nombre de constructeurs de petit et gros électroménagers ont pris la mauvaise habitude de programmer l’usure de leurs appareils. L’objectif de cette obsolescence programmée ? Réduire volontairement la durée de vie d’un objet pour accélérer l’achat d’un nouvel appareil. Conséquence : les consommateurs se débarrassent de plus en plus souvent de leurs appareils défectueux ; une attitude qui, automatiquement, multiplie les recyclages et pèse sur l’environnement.

Or, 7 fois sur 10 nos achats sont destinés à remplacer des équipements défectueux qui souvent pourraient être réparés. Et depuis 2015, une nouvelle loi menace de 2 ans de prison et 300 000 euros d’amende les entreprises pratiquant l’obsolescence programmée. Résultat : face aux plaintes grandissantes des consommateurs, de plus en plus de constructeurs s’engagent à réparer vos objets défaillants, quel que soit leur âge.

Obsolescence programmée: bientôt un affichage de la durée de vie des produits ?Source : JT 13h Semaine
JT Perso

Les appareils touchés par cette obsolescence sont très nombreux : gros électroménager (environ 9 ans de durée de vie), petit électroménager (6 ans et demi), ordinateurs, tablettes, téléphones portables (4 ans) mais aussi certains vêtements (les bas nylons, par exemple). Reste à voir si cette nouvelle loi sur l’obsolescence programmée permettra de réduire la consommation et, donc, le recyclage des objets faussement défectueux et réparables.