Et si vous vous débarrassiez de votre réfrigérateur ?

Virginie Fauroux
Publié le 14 octobre 2017 à 10h00
Et si vous vous débarrassiez de votre réfrigérateur ?

Source : Olivier Cochard, éd. Eyrolles

ANTI-GASPI - Nous sommes 99,6% à posséder un réfrigérateur. Autant dire que c'est le premier achat dans une cuisine. Et pourtant, on peut se passer de cette "armoire à glace". C'est en tout cas le pari qu'a fait Marie Cochard, auteure de "Notre aventure sans frigo, ou presque" (Ed. Eyrolles). Elle nous livre ses petits secrets de conservation.

Qui n'a jamais vidé dans sa poubelle des aliments oubliés dans le frigo ? Des produits qui dépassent souvent la date limite de consommation sans avoir vu une assiette. Selon l'Ademe, chaque année, en France, ce sont 29 kg de nourriture par personne qui sont jetés dont 7 kg n'ont même pas été sortis de leur emballage. Des chiffres impressionnants mais qui n'ont rien d'irréversible, puisque de plus en plus d'initiatives voient le jour. 

Après les pouvoirs publics qui ont décrété le 16 octobre, journée nationale contre le gaspillage alimentaire, des applis anti-gaspi comme Too good to go, qui permettent à chacun de récupérer à petits prix les invendus des commerçants, voilà que des particuliers ont décidé d'ajouter leur pierre à l'édifice. A l'image de Marie Cochard : il y a un an cette jeune mère de famille a tout simplement débranché son réfrigérateur... définitivement. 

Un choix surprenant, s'il en est, qu'elle conte dans un livre : "Notre aventure sans frigo, ou presque", (Editions Eyrolles). Un choix qui, dans un premier temps, a terrifié toute sa famille. "Vous allez manger des aliments moisis et des légumes avariés", lui ont lancé ses parents. "On mangera moins", se sont alarmés ses deux enfants. Quant à son mari, "sa première pensée a été pour ses bières fraîches !".

Lire aussi
Des applications existent pour lutter contre le gaspillage alimentaireSource : JT 20h Semaine
JT Perso

On utilise son frigo comme un placard et on a tendance à y mettre tout un tas de choses aveuglément sans réfléchir. C'est une hérésie

Marie Cochard

Des inquiétudes que Marie Cochard a balayé d'un revers de la main : "Il s'agit juste, en fait, de remettre en question certaines de nos habitudes, explique-t-elle à LCI. On utilise son frigo comme un placard et on a tendance à y mettre tout un tas de choses aveuglément sans réfléchir. C'est une hérésie." 

"Aujourd'hui, nous savons qu'il est souhaitable pour notre santé et celle de la planète d'acheter bio et local en plus petites quantités, de consommer moins de viande, moins de poisson, et moins de produits laitiers... Or, si l'on s'inscrit dans cette démarche, combien d'aliments peuvent en toute sécurité se passer du frigo ? Beaucoup, en réalité !", écrit la jeune femme dans son livre.

Evidemment, on se dit que tout ça impose de faire ses courses plus souvent. "Faux", rétorque Marie Cochard. "Les Français passent en moyenne 3h par semaine au supermarché, je fais mes courses en 1h30 pendant le week-end en privilégiant les petits producteurs (marché, cueillette...). Je boycotte les plats industriels, bourrés de sel, de sucre, de mauvaises graisses, de conservateurs, et nous consommons, sitôt achetés, la viande ou le poisson. Paradoxalement, nous mangeons plus 'frais' qu'auparavant", s'amuse-t-elle.              

Le cas des produits laitiers

Quant aux produits laitiers - que l'on n'imagine pas un instant survivre à la température ambiante - des solutions existent. La famille a opté pour "les boissons végétales qui se conservent plus longtemps que les laits issus de la traite d'animaux et qui, au passage, sont plus digestes" et pour "les fromages frais qu'on laisse macérer dans de l'huile d'olive, merveilleux isolant" (les fromages à pâte molle étant devenus des mets d’hiver). 

Et quid du beurre ? "Il gardera toutes ses propriétés dans un beurrier à eau, ou beurrier breton, une sorte de pot en céramique qui repose dans une soucoupe remplie d'eau salée, répond-elle. En revanche, nous ne mangeons plus de yaourts." La jeune femme nous apprend aussi que les carottes ou les pommes de terre se conservent plus longtemps entreposées dans du sable, que les bouchons de liège optimisent la durée de vie des pommes, que les légumes fermentés sont bien plus riches en vitamines, ou encore qu’il faut immerger les fanes de sa botte de radis afin qu’ils préservent leur croquant…

Lire aussi

Des bienfaits

"Encore une idée foutraque de bobo !", objecteront certains. "Pas si sûr, nous répond Marie Cochard, vu les bienfaits sur la santé - grâce aux vitamines et aux anti-oxydants non altérés par le froid, le plaisir de retrouver le vrai goût des aliments, et la satisfaction du fait-maison quand il s'agit de transformer des produits bruts en plats cuisinés." 

Alors, un an après, quel est le bilan ? "Les enfants se targuent d'être des superhéros capables de vivre sans frigo - tant qu'il y a des glaces dans notre mini congélateur, raconte la jeune maman. Quant à l'homme de la maisonnée, il immerge désormais ses bouteilles de bière dans un seau à glace et a découvert, avec joie, que généreusement saupoudrés de sel, les glaçons accélèrent le refroidissement de leur contenu !"


Virginie Fauroux

Tout
TF1 Info