Impôts 2022

Frais de télétravail : quelles sont les règles pour bénéficier d'exonérations d'impôt ?

Léa Tintillier
Publié le 24 mai 2022 à 15h15
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

C'est le dernier jour pour déclarer ses revenus pour les contribuables de plusieurs départements.
En raison du Covid, de nombreux salariés ont encore eu recours au télétravail l'an dernier.
Les remboursements des frais qui y sont liés sont de nouveau exonérés d'impôts cette année, mais dans une certaine limite.

En raison de l’épidémie de Covid-19, de nombreux salariés ont eu recours au télétravail en 2021, générant des frais supplémentaires comme l’électricité, le chauffage ou encore l’achat de matériel. Ces dépenses peuvent parfois dépasser les 100 euros, selon une étude du cabinet ConvictionsRH, réalisée en février 2021. 

Si votre employeur vous a versé des allocations pour couvrir ces frais de télétravail, vous avez le droit, comme l'an dernier, à une exonération d'impôt, comme le détaille Bercy dans ce dossier de presse sur la campagne 2022 de déclaration de revenus, qui reprend les principales règles s'appliquant cette année en matière d'imposition sur le revenu. 

Exonération plafonnée à 580 euros par an

Concrètement, ces allocations versées de façon forfaitaire par le patron sont exonérées dans la limite d'un certain montant : 2,5 euros par jour de télétravail, 55 euros par mois et 580 euros par an. Les frais courants, la restauration par exemple, sont exclus de cette disposition.

À noter que cette exonération ne s'applique de toute façon qu'au télétravail à domicile. Le télétravail effectué dans un espace partagé, du type coworking, n'est pas concerné. 

Montant censé être prérempli sur la déclaration

Concernant les formalités, normalement votre entreprise a déjà transmis les éléments à l'administration fiscale. "Ainsi, le montant du revenu imposable prérempli sur la déclaration de revenus ne devrait donc pas inclure les allocations", indique le gouvernement. Pour vous en assurer, il convient de vérifier que les montants préremplis correspondent à ceux indiqués sur vos fiches de paie ou l’attestation fiscale annuelle délivrée par votre employeur. 

Et pour ceux qui déclarent les frais réels ?

La situation est différente si vous avez opté pour les frais réels (c'est-à-dire que vous déclarez le montant réel de vos frais professionnels en renonçant à la déduction forfaitaire de 10% sur les revenus). Il convient alors de déclarer tous vos frais engagés pour les besoins de votre activité professionnelle, y compris sous forme de télétravail. 

Les frais dédiés au télétravail peuvent alors être déduits au choix de façon forfaitaire à hauteur des montants cités plus hauts (2,5 euros/jour, 55 euros/mois, 580 euros/an) ou des véritables montants dépensés. À vous de faire le calcul, pour déterminé ce qui vous est le plus avantageux. 


Léa Tintillier

Tout
TF1 Info