Bien gérer son épargne
Avec

Les clés pour gérer efficacement son épargne

Geoffrey Lopes
Publié le 7 février 2022 à 14h10, mis à jour le 10 février 2022 à 9h45
Les clés pour gérer efficacement son épargne

Source : iStock

Intéressez-vous à votre argent et diversifiez vos placements.
Pour optimiser votre épargne, ne mettez pas de côté par défaut.
Projetez-vous ou faites-vous accompagner par un professionnel.

"Laisse ton argent dans l’obscurité pour qu’il te permette de voir la lumière", conseille un proverbe maltais. Dépenses imprévues, revenus à compléter, préparation de la succession ou de la retraite… Épargner semble indispensable aujourd’hui. Il s’agit d’affronter les conjonctures fluctuantes (crises économiques ou sanitaires), des accidents de vie (ruptures familiales, problèmes de santé) ou de préparer des projets. En d’autres termes, personne ne met de l’argent de côté pour se faire plaisir. Cette ressource monétaire que l’on ne touche pas directement et dont on ne se sert pas immédiatement permet juste de se prémunir et de prévoir.

Une sécurité que les Français s’approprient volontiers. D’après la Banque de France, l’ensemble de nos fonds d’épargne dépassent allègrement les 5 mille milliards d’euros. Depuis la crise sanitaire, nous avons même renchéri nos comptes de près de 200 milliards d’euros de plus que lors d’une année "normale". Nous stockons essentiellement sur nos comptes courants, nos livrets ou dans des assurances-vie aux fonds en euro. Autrement dit, des placements à la rentabilité inférieure à l’inflation qui nous font "perdre" de l’argent.

Épargner pourrait paraître saugrenu pour beaucoup d’entre vous, aux ressources minimales, étudiants ou aux revenus aléatoires, pris par les dépenses de logement, l’alimentaire, les transports et les conforts de base. Banques et assureurs vous proposent de vous aider avec des abonnements d’épargne. Ces virements automatiques, mensuels ou trimestriels, transfèrent parfois pour moins de 15 € des fonds de votre compte courant vers un placement comme un livret bancaire, un plan d’épargne en actions (PEA) ou un contrat d’assurance-vie. De l’autre côté du spectre, n’investissez pas d’un coup de belles donations ou fructueux héritages, mais privilégiez de l’injecter régulièrement sur vos placements. Bien vue par les organismes bancaires, il faut garder en tête que l’épargne facilite l’obtention d’un crédit immobilier. Elle témoigne d’un sérieux manifeste et convainc la banque de vous faire confiance. Mais comment se servir adéquatement de cet argent mis de côté ? Il n’y a pas de règle, à chaque profil sa stratégie. Retenez quelques clés pour fructifier votre épargne.

Donner un objectif à son épargne

Pourquoi épargner ? Karl Toussaint du Wast, conseiller en gestion de patrimoine et cofondateur de Net investissement le dit sans ambages : "Épargner, c’est mettre son argent au service de ses projets." Définissez des objectifs à votre épargne : achat d’une maison ou d’une voiture, financer les études de vos enfants ou des travaux à votre domicile, faire un beau voyage, dégager un complément de revenu, etc. Ces projets peuvent se révéler plus ou moins aboutis, à moyen ou à long terme et demander un investissement variable. Ils vont vous aider à faire les choix de placement qui correspondent le mieux à vos projets.

En fonction de votre profil, vos possibilités, intentions ou envies différeront. Bruno Séjourné, directeur de l’École Supérieure d’Économie et de Management des Patrimoines (ESEMAP), spécialiste des comportements d’épargne, rappelle que nos motivations varient "selon le type d’emploi (profession libérale, fonctionnaire, directeur d’entreprise, artiste, etc.), l’âge, la structure familiale (enfants, mariage) ou encore la conjoncture économique (inflation, risques sociétaux, etc.)." Pour tous les profils, l’enseignant-chercheur à l’université d’Angers conseille de se préoccuper de sa retraite le plus tôt possible en anticipant le montant de votre pension de retraite en fonction de votre âge de départ.

Diversifiez vos placements

Pour optimiser votre épargne, répartissez votre argent sur plusieurs supports. Dédiez à chaque plan, livret ou compte vos projets et gardez surtout à l’esprit le temps de réalisation de ces projets. L’idéal reste de diviser votre épargne en trois espaces-temps distincts. Cette compartimentation permet de mettre en relation la durée d’investissement avec le risque et le rendement des supports choisis. 

- Les placements à court terme correspondent à des fonds immédiatement disponibles pour des projets d’horizon de 0 à 2 ans, à adapter à votre situation professionnelle et votre train de vie. Il s’agit d’une épargne de précaution équivalente à 3 à 6 mois de revenus mensuels (au bas mot, entre 5 000 et 15 000 €). Privilégiez ici votre compte courant, les livrets A, jeune ou LDDS ou les fonds en euro de l’assurance-vie, autrement dit des supports aux très faibles risques.

- Les placements à moyen terme, soit entre 3 et 5 ans, servent à des achats ou changements de vie un peu plus conséquents, sans forcément perturber outre mesure vos finances.

- Les placements à long terme, soit 5 ans et plus, permettent de faire travailler votre argent sur des placements plus risqués (actions, obligations, plan d’épargne retraite, unités de compte des assurances-vie, etc.). Vous ne pourrez pas laisser fructifier ce capital à long terme si vous ne disposez pas d’un matelas de sécurité sur d’autres supports. L’État vous encourage à laisser votre argent à disposition de divers projets publics ou privés en taxant 

Intéressez-vous à votre argent

Bruno Séjourné regrette que nous manquions de culture financière. "De fortes inégalités entre les Français persistent : nous n’avons pas tous la même capacité à faire évoluer notre pécule financier. Un manque de connaissances peut générer des erreurs assez fortes et inversement, une bonne maîtrise de belles réussites." Le chercheur estime que les pouvoirs publics en prennent peu à peu conscience et que le système éducatif, d’une part, puis la Banque de France, d’autre part, travaillent à mettre en place des dispositifs pour corriger nos lacunes.

Aujourd’hui, la Banque de France calcule que plus de 1 600 milliards d’euros ne rapportent rien ou presque. En l’occurrence, pour éviter cet écueil, explorez l’état des marchés, faites la chasse aux frais, comparez la fiscalité des produits proposés et faites régulièrement le point sur la rentabilité et la pertinence de vos placements. Les investissements sur les marchés financiers nécessitent un suivi rigoureux spécifique : les actions, obligations ou titres y restent parfois très volatils. Si vous n’en avez pas le temps ni l’envie, confiez cette mission à un professionnel. L’assurance-vie, le PEA (plan d’épargne en action) ou le PER (plan d’épargne retraite) proposent des gestions sous mandat ou pilotées, souvent accessibles à partir de quelques centaines d’euros pour des frais de gestion acceptables (environ 0,20 %).

Prêter son argent aux banques ou assurances ne signifie pas cacher des liasses de billets sous le matelas. Prenez-en conscience et organisez une stratégie pour faire fructifier votre épargne selon vos besoins.


Geoffrey Lopes

Tout
TF1 Info