Poids des aliments emballés : 20% d'erreurs, rarement en faveur du client

Publié le 25 janvier 2017 à 16h37
Poids des aliments emballés : 20% d'erreurs, rarement en faveur du client
Source : Thinkstock

BALANCE - Bananes, oranges, farine... les aliments emballés sont parfois plus légers que le poids indiqué sur l'étiquette, selon une enquête de 60 millions de consommateurs. Des écarts qui vont au-delà de la marge d'erreur réglementaire.

930 grammes au lieu d'un kilo d'oranges, 965 grammes au lieu d'un kilo de farine ou 492 grammes au lieu de 500 grammes de sucre : la nourriture vendue pré-emballée ne pèse pas toujours le poids indiqué sur l'étiquette. Problème, c'est rarement en faveur du client, assure 60 millions de consommateurs dans son numéro de février 2017. Pour vérifier l'ampleur du phénomène,  la revue a fait peser en laboratoire un millier de produits.

Le bonnet d'âne revient aux produits frais. Sept des dix sachets de bananes posés sur la balance sont trop légers, au-delà de la marge de tolérance réglementaire. Même constat pour les filets d'oranges : huit sur dix ne pèsent pas assez. Quant aux tomates en barquette, elles s'affranchissent du poids étiqueté dans plus de 20% des cas.

Des grammes qui disparaissent avec l'eau qui s'évapore

S'agit-il d'une volonté d'arnaquer ? Pas forcément puisque, comme le précise la revue, "cette étrange disparité pondérale tiendrait, en partie, à une perte d’eau des fruits et légumes au fil du temps". Une explication qui peine cependant à convaincre pour les paquets de farine, dont un tiers sont trop légers. Autre explication : le poids des barquettes est parfois compté alors que la réglementation impose de l'exclure du poids indiqué sur l'étiquette.

En revanche, pour le sucre, il n'est pas rare que les paquets soient plus remplis que prévu. Chapeau aussi pour le chocolat : une seule des cents tablettes testées s'écartait de quelques grammes du poids annoncé. De façon générale, les poids des produits secs comme le café, les céréales ou les pâtes sont conformes aux étiquettes.

Une marge d'erreur plus importante pour les petits contenants

La réglementation (décret n°78-166 du 21 janvier 1978) permet une petite marge d'erreur. Selon le poids du produit, elle peut être fixe ou proportionnelle :

- 5 à 50 g ou ml : erreur tolérée de 9 %

- 50 à 100 g ou ml : 4,5 g ou ml

- 200 à 300 g ou ml : 9 g ou ml

- 300 à 500 g ou ml : 3%

- 500 à 1000  g ou ml : 15 g ou ml

- 1000 à 10.000 g ou ml : 1,5 %

- 10.000 à 15.000 g ou ml : 150 g ou ml

- Supérieur à 15.000 g ou ml : 1%

Ainsi, un paquet de farine affichant un poids de 1 kilo net (c'est-à-dire sans l'emballage) doit contenir au minimum 985 grammes (soit une erreur tolérée de 15 grammes) pour ne pas être considéré comme défectueux. Pour un sachet de 20 grammes d'épices, ce sera 18,2 grammes (marge de 9%, soit 1,8 grammes). Tenant compte de la difficulté de remplissage, les petits conditionnements bénéficient en effet d'une tolérance plus importante. En 2016, la Répression des fraudes a observé un poids non conforme dans 20 % des cas pour les produits préemballés de quantité constante (épicerie) et de 50% pour ceux de qualité variable tels que les fruits et légumes. 

"Quoi ma gueule?", le label qui veut vous faire manger des fruits et légumes déformésSource : Les vidéos infos
Cette vidéo n'est plus disponible

Laurence VALDÉS

Tout
TF1 Info