Thermomix : mais pourquoi cette folie pour un robot de cuisine ?

Le service METRONEWS
Publié le 18 décembre 2014 à 12h02
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sept à huit life

ROBOT - Le robot allemand Thermomix, capable de vous concocter toutes sortes de plats, a conquis les cuisines de 72 pays en dépit de son prix de plus de 1000 euros. Recette d'un succès mondial.

Ce robot de cuisine coûte plus de 1000 euros et ne s'achète pas en magasin. Et pourtant, il s'en vend un toute les 38 secondes dans le monde. Thermomix, cet objet qui hache, malaxe et cuit vos ingrédients suscite un très fort engouement depuis cinq ans.

Son succès, il le doit notamment à un marketing inchangé depuis 40 ans : la vente directe. Des consommateurs, déjà conquis par l'appareil, rassemblent une poignée d'invités pour une "soirée Thermomix".

Riz, poulet, légumes, glace, etc.

Baguettes maison, riz, escalopes de poulet et légumes à la vapeur, glace aux fruits rouges, et autres prouesses épatent les invités. Ce menu permet de montrer une large palette des fonctionnalités : couper (les légumes), mixer (la glace), malaxer (la pâte à pain), faire chauffer (le riz), cuire à la vapeur (le poulet).

Le Thermomix permet de gagner du temps, atout incomparable pour les citadins pressés et même certains cuisiniers professionnels. La pâte pour les baguettes ? Malaxée 30 secondes dans le bol chauffant, elle lève en 10 minutes.

C'est ce qui peut gêner certains passionnés de cuisine qui résistent à la folie Thermomix. Car éplucher, mélanger, goûter, assaisonner, rectifier la consistance ou le goût, cela fait aussi partie du plaisir de cuisiner. Cependant blogs et forums de cuisine servent la cause de l'appareil, avec plus de 150.000 recettes mises en ligne à ce jour.

Un site de production en France

C'est un ingénieur suisse qui a eu au début des années 70 l'idée initiale du mixeur qui chauffe, parce qu'il vivait en France, "et que les Français aiment tellement les soupes", raconte Walter Muyres, patron du fabricant, Vorwerk.

La société allemande, une PME familiale connue à l'époque pour ses aspirateurs, développe le produit et le lance en France et en Belgique. La France est toujours un des plus gros débouchés du Thermomix, aux côtés de l'Allemagne, de l'Italie et de l'Espagne.

L'appareil est distribué dans 72 pays. Les ventes ont grimpé entre 20% et 30% par an en moyenne ces dernières années, pour atteindre 800 millions d'euros l'an dernier. Pour la première fois de son histoire, il y a des délais de livraison. Le principal site de production, à Cloyes en France, tourne à plein, et une deuxième ligne a été ouverte en Allemagne.

La concurrence encore discrète
Le succès de la machine ne laisse pas indifférents les concurrents : Krups, filiale du français SEB, s'invite sur le marché, Kenwood a déjà sorti une "Cooking Chef", sans pour le moment inquiéter beaucoup Vorwerk.

L'Allemand a appliqué dès le début au robot la même stratégie qu'à ses aspirateurs et ses cosmétiques, ses deux autres piliers : la vente directe par un réseau de représentantes, "nos dames", comme les appelle le patron de la marque (un peu à la manière des réunions Tupperware

Aujourd'hui Thermomix emploie 40.000 "dames" en Europe. Certaines le font occasionnellement, pour d'autres c'est un vrai métier. Et si on trouve quelques anciens modèles sur des sites de vente d'occasion ( attention toutefois aux copies ! ), le patron est persuadé que son produit star se vendra toujours autant par le biais du marketing direct dans dix ans.

EN SAVOIR + >> Kobold : l'autre robot de Vorwek


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info