Dans "Le 13H à vos côtés", le JT de TF1 vous accompagne face aux problèmes que vous rencontrez au quotidien.
Au menu du jour, la question d'une Strasbourgeoise à propos de sa mésaventure lors d'un voyage en train.
Thierry Coiffier lui répond sur le plateau de Marie-Sophie Lacarrau.

Myriam, de Strasbourg, s’est trompée de train. Le contrôleur lui a infligé une amende de 260 euros. Est-ce normal ? 

Précisons d’abord que Myriam ne conteste ni son erreur, ni le bien-fondé d’une verbalisation, mais elle trouve son montant disproportionné. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Elle a acheté un billet Angers-Strasbourg au prix de 82 euros. À la gare, elle se trompe (les deux trains partaient à 4 minutes d’intervalle.) Le contrôleur lui fait payer le prix d’un billet plein tarif (130 euros), plus 130 euros parce qu’elle n’a pas pu payer tout de suite. Total du voyage : 342 euros.

Alors, question :  le contrôleur a-t-il eu raison ou a-t-il eu un peu la main lourde ? Le règlement de la SNCF est clair. Est considéré comme en situation irrégulière tout voyageur qui possède un billet qui n’est pas valable pour le trajet, le jour, la classe, les conditions de parcours ou le type de train qu’il a emprunté. On peut le comprendre parce qu’effectivement, tous les trains ne sont pas au même prix, ce serait un peu facile de pouvoir prendre celui qu’on veut. Et quand on dit s’être "trompé" de train, c’est un peu parole contre parole, donc on peut comprendre que la SNCF et le contrôleur soient intransigeants.

Mais alors, la bonne foi du passager ne peut pas être prise en compte ? Si mais dans le cas d’une erreur de train, c’est compliqué. Pourquoi ? "Dans un train, la bonne foi se prouve par le fait d’aller voir le contrôleur dès la montée à bord quand on pense ne pas être en règle", nous explique la SNCF. "Dans ce cas, vous paierez une amende moins élevée que si c’est le contrôleur qui vient à vous".  

Le problème, c’est que quand on s'est trompé, on n’est pas conscient de son erreur, donc on ne va pas voir le contrôleur. Alors que faire ? On peut déjà contester son amende auprès du Service Clients de la SNCF. Myriam peut peut-être demander au moins le remboursement de son premier billet, parce que finalement, elle ne l’a pas utilisé. 

Ensuite, on peut se tourner vers le médiateur SNCF, voici son adresse : médiation.sncf-voyageurs.com. Dans le cas de Myriam, cela peut être utile parce que le médiateur peut intervenir en équité et pas simplement en droit. Par exemple, quand le voyageur n’a pas fraudé, le médiateur peut demander que la règle soit assouplie.

Posez vos questions en vidéo

Si vous avez vous-même une question, vous pouvez la poser directement en vidéo en vous rendant sur notre page dédiée.

Vous pouvez également l’envoyer par mail à l'adresse suivante : le13havoscotes@tf1.fr.


Thierry COIFFIER

Tout
TF1 Info