Inflation : les prix s'envolent

MaPrimeRénov' : quels sont les nouveaux plafonds ?

par V. F
Publié le 31 janvier 2023 à 13h24, mis à jour le 31 janvier 2023 à 18h35
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

À partir de ce mercredi 1er février, les plafonds du dispositif MaPrimeRénov', l'aide du gouvernement pour la rénovation énergétique des bâtiments, sont revalorisés.
On vous dit tout sur les nouveaux montants.

Améliorer l’isolation d’une maison, changer une vieille chaudière ou encore installer un système de ventilation efficace. Voilà le genre de travaux de rénovation que l'on peut entreprendre avec MaPrimeRénov’. Née en 2020, cette aide gouvernementale, calculée en fonction des revenus du foyer, n'a cessé d’évoluer. Ainsi, face à la hausse des prix, dès ce mercredi 1er février, ses plafonds vont être revalorisés "afin de prendre en compte l'inflation et de favoriser les rénovations globales", avait fait savoir fin décembre le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu dans un communiqué. 

Pour les copropriétés, les plafonds passent de 15.000 à 25.000 euros

Concernant l’habitat collectif, le dispositif MaPrimeRénov’ copropriétés, qui permet de financer les travaux de rénovation énergétique sur les parties communes des copropriétés, est renforcé avec une augmentation des plafonds de travaux finançables, qui passent "de 15.000 euros à 25.000 euros", et le doublement des primes individuelles versées aux ménages aux revenus très modestes et modestes (à respectivement 3 000 euros et 1 500 euros).

Du côté de MaPrimeRénov sérénité, qui concerne les  travaux permettant un gain énergétique d'au moins 35%, les plafonds "seront revalorisés de 30.000 euros à 35.000 euros pour mieux accompagner les ménages les plus modestes dans leurs projets de rénovation globale". Par ailleurs, dans le cadre de ce dispositif, le recours à Mon Accompagnateur Rénov’ est exigé si la rénovation globale est supérieure à 5.000 euros. 

L'installation de foyers fermés favorisée

Dès ce 1er février, les forfaits "rénovations globales" pour les ménages aux ressources intermédiaires et supérieurs seront également relevés, passant respectivement de 7.000 à 10.000 euros et 3.500 à 5.000 euros, "pour orienter plus clairement ces ménages vers les bouquets de travaux les plus performants". 

Par ailleurs, les aides apportées par MaPrimeRénov’ à l’installation de foyers fermés et d’inserts à bois ont aussi été augmentées "afin d’inciter les Français possédant un foyer ouvert à opter pour des solutions plus performantes pour améliorer la qualité de l’air". Pour MaPrimeRénov’ Bleu (foyers aux revenus très modestes), on passe de 2 000  à 2 500 euros, pour MaPrimeRénov’ Jaune (foyers aux revenus modestes), on passe de 1 200 à 1 500 euros, pour MaPrimeRénov’ Violet (foyers aux revenus intermédiaires), on passe de 600 à 800 euros, indique l'association Qualit’EnR.

Lire aussi

Enfin, c’est aussi à partir du 1er février que l’achat d’un poêle à granulés et l’achat d’une ventilation mécanique contrôlée bénéficieront d’un montant de subvention moins élevé qu’en 2022. La prime va diminuer de 500 euros pour les ménages très modestes et modestes (respectivement de 3.000 euros à 2.500, de 2.500 à 2.000). Les systèmes VMC se voient appliquer le même traitement, mais pour trois catégories de ménages : de 3.000 à 2.500 euros pour les très modestes, 2.500 à 2.000 euros (modestes), 2.000 à 1.500 euros (intermédiaires). 

Les chaudières gaz, y compris les modèles à très haute performance énergétique, sont, elles, bannies du dispositif depuis le 1er janvier. Pour finir, le bonus de 1 000 euros qui avait été mis en place au printemps 2022, s’arrêtera le 1er avril 2023 si vous voulez changer votre chaudière fioul ou gaz après une prolongation de 3 mois supplémentaires en 2023. 


V. F

Tout
TF1 Info