Inflation : les prix s'envolent

Nouvelles aides au pouvoir d'achat : carburant, retraite, RSA... qui va toucher quoi ?

La rédaction de TF1info | Cyril Adriaens-Allemand, Jade Duong, Jean-Yves Chamblay
Publié le 7 juillet 2022 à 22h36
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le gouvernement d'Elisabeth Borne a présenté une série de nouvelles aides en faveur du pouvoir d'achat.
L'objectif affiché est de soutenir les ménages fragilisés par les effets de l'inflation.
TF1 s'est penché sur le détail des nouvelles mesures.

C'était un train de mesures très attendu, pour soutenir le pouvoir d'achat des Français face à l'inflation. Promis par le gouvernement depuis plusieurs semaines, son contenu avait été évoqué par Elisabeth Borne lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale, et a été détaillé à l'issue du Conseil des ministres ce jeudi. Son financement est évalué à 20 milliards d'euros. Êtes-vous concerné par une ou plusieurs de ces aides ? Le 20H de TF1 a fait le point dans le reportage en tête de cet article.

Celles qui concernent tout le monde (ou presque)

La suppression de la redevance audiovisuelle sera finalement effective dès l'automne prochain. C'est un gain direct de 138 euros par an pour plus de 23 millions de foyers. Le manque à gagner pour les diffuseurs publics est de 3,2 milliards d'euros, que l'État promet de compenser.  

Le "bouclier tarifaire" sur les prix du gaz et de l'électricité est prolongé jusqu'au 31 décembre prochain. Ce dispositif de "lissage du tarif",  mis en place par le gouvernement de Jean Castex en novembre 2021, aurait dû en principe s'arrêter au 30 juin

Automobilistes : changement du dispositif d'aide

Le gouvernement a décidé de prolonger au moins jusqu'à fin septembre la remise carburant de 18 centimes (en métropole continentale), instaurée depuis le 1er avril dernier. Elle sera ramenée à 12 centimes le 1er octobre, puis à 6 centimes le 1er 

novembre avant de s'éteindre le 1er décembre. 

Pour la remplacer, une "indemnité carburant travailleurs" sera, sous condition de ressources, mise en place dès octobre pour les salariés qui utilisent leur voiture pour aller travailler. Elle sera comprise entre 100 et 300 euros, en fonction du niveau de revenu et de la distance parcourue. 

Fonctionnaires : point d'indice revalorisé

Gelé depuis plus de 5 ans, le point d'indice des fonctionnaires est revalorisé de 3,5%. Pour un salaire de 2000 euros par mois, cela représente une augmentation mensuelle de 35 euros. "Ils peuvent faire toujours mieux, on est bien d'accord", réagit une employée de la fonction publique, "mais c'est un plus pour nous, quand on fait les courses on voit une note à la fin qui est énorme". 5,7 millions d'agents publics sont concernés par cette augmentation générale.

Retraités : des pensions en hausse de 4%

Les prestations familiales seront, elles aussi, revalorisées, de 4%, pour contrer une inflation qui dépasse déjà les 5%. Même hausse pour les minima sociaux comme le RSA ou l'allocation adulte handicapé, ou encore pour les bourses universitaires sur critères sociaux. Pour l'ensemble des retraités, c'est également une revalorisation de 4%, effective dès à présent. Pour un retraité rencontré par notre équipe, qui touche 1600 euros chaque mois, c'est 56 euros de plus. "Ça ne peut pas nuire, beaucoup de gens apprécieront", estime-t-il, "ce n'est jamais trop tard, mais il était temps".

Aide d'urgence

Les huit millions de foyers français aux revenus les plus modestes, qui représentent quatorze millions de personnes, toucheront, à la rentrée prochaine, une aide d'urgence sous la forme d'un "chèque alimentaire". 100 euros seront versés par foyer, plus 50 euros par enfant. Un dispositif analogue avait, pendant la crise du Covid en 2020, permis de verser 150 euros par adulte et 100 par enfant, mais il ne concernait alors que quatre millions de foyers.

Lire aussi

Aides aux salariés

Le plafond de la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat défiscalisée et désocialisée, dite "prime Macron", sera triplé. Les entreprises pourront donc verser jusqu'à 3.000 euros à leurs salariés et même jusqu'à 6.000 euros pour celles ayant mis en place un dispositif d'intéressement ou de participation. Le niveau moyen versé par salarié n'était cependant que de 506 euros en 2021, contre les 1.000 autorisés alors, selon le ministère des Comptes publics. 

Une baisse des cotisations des travailleurs indépendants est également prévue. Cette mesure, qui vise à plus d'équité entre les cotisations des salariés et des indépendants, doit permettre à ces derniers de gagner 550 euros par an, au niveau du Smic. 


La rédaction de TF1info | Cyril Adriaens-Allemand, Jade Duong, Jean-Yves Chamblay

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info