VIDÉO - LEP, Livret A, LDDS... Où placer son argent en 2024 ?

par M.T | Reportage Pierre Corrieu, Olivier Stammbach, Christophe Nieulac
Publié le 3 janvier 2024 à 15h43

Source : JT 20h Semaine

Combien les différents livrets réglementés pourront-ils vous rapporter à partir du 1ᵉʳ janvier 2024 ?
TF1 fait le point sur leurs rendements.

"J'ai touché 647 euros grâce à mon livret A !", s'exclame Agathe. "Je ne m'attendais pas à ça. L'année dernière, j'avais touché 111". En effet 2023, les Français ont en effet pu profiter de la hausse des taux des livrets d'épargne réglementée, et avec plus de huit d'entre eux sur dix possédant un Livret A, les versements ont explosé en 2023, de quoi générer plusieurs milliards d'euros d'intérêts. 

Livret A : un taux assuré de 3% sur toute l'année

Faut-il continuer à placer de l'argent sur son Livret A en 2024 ? Le placement préféré des Français en nombre de titulaires devrait encore plus rapporter cette année. Avec son taux gelé à 3% jusqu'au 31 janvier 2025, il devrait en effet assurer une rémunération de l'épargne supérieure à une inflation qui pourrait n'être plus qu'à 2,5% fin 2024, selon la Banque de France. Ainsi, avec son taux bloqué pour douze mois, les épargnants peuvent d'ores et déjà savoir ce qu'il leur rapportera. Au niveau de l'encours moyen (5800 euros), la rémunération annuelle sera de 174 euros, et le gain mensuel de 14,50 euros. 

TF1

Afin de savoir si vous êtes réellement gagnant, il faut systématiquement prendre en compte l'inflation. "Si vous placez 100 euros sur un Livret A, que l'inflation est de 4%, votre argent placé ne vaut que 96 euros. Il faut que le rendement du placement soit supérieur à l'inflation pour avoir un rendement réel positif", prévient Sophie Liotier, experte en finance interrogée dans le reportage de TF1 en tête de cet article. 

Le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) bénéficie quant à lui d'un taux d'intérêt qui est mécaniquement indexé sur celui du Livret A depuis 2003. Avec une rémunération qui devrait être supérieure à l'inflation sur l'année, il sera le complément idéal du Livret A. Seul, le LLDS génère, sur la base de l'encours moyen (5.500 euros), 13,75 euros d'intérêts par mois, et 165 euros sur l'ensemble de l'année 2024.

Livret d'épargne populaire (LEP) : un rendement de 6% pour encore un mois

Plus intéressant encore, si vous êtes éligible, le livret d'épargne populaire, avec son taux de 6% pour encore un mois. Il faut dire qu'il avait tout pour séduire : un taux de 6,1% en début d'année, puis de 6% depuis le 1er août 2023, et, à partir du 1ᵉʳ octobre, un plafond de versement relevé à 10.000 euros, seuil record depuis sa création. Le LEP a donc retrouvé cet été un nombre de titulaires supérieur à 10 millions et devrait atteindre un encours record de près de 70 milliards d'euros fin décembre. Le taux du LEP devrait être révisé à la baisse le 1ᵉʳ février 2024. 

​​Plan d’épargne logement (PEL) : un nouveau taux de 2,25%

Rémunérés à 2% en 2023, les PEL ouverts en 2024 le seront désormais à 2,25%. Mais du point de vue du rendement, il fait beaucoup moins bien que les autres livrets. Une fois raboté du prélèvement forfaitaire unique, la rémunération réelle du PEL ne sera que de 1,58% à compter de ce 1ᵉʳ janvier 2024. 

Le Compte épargne logement (CEL) a un fonctionnement similaire à celui du PEL, mais son taux d’intérêt n'est pas révisé le 1er janvier 2024, puisqu’il est indexé à celui du Livret A. Plus précisément, sa rémunération sera de 2% pour l'ensemble de l'année, et bloquée, elle aussi, jusqu'au 31 janvier 2025. Attention cependant, comme pour le PEL, les intérêts sont soumis aux prélèvements sociaux, et depuis 2018, à la fiscalité. Il faut ainsi finalement s'attendre à un taux net de 1,4%. 

Pour gagner davantage, il faut être prêt à prendre quelques risques. Le reportage de TF1 en tête de cet article donne la parole à Pierre-Antoine Burgala, directeur général adjoint de la société de gestion Iroko, qui propose à ses clients de lui confier une partie de leur épargne. Il l'utilise ensuite pour investir dans l'immobilier. "C'est la troisième année que l'on fait plus de 7% pour nos épargnants. Il faut accepter de prendre le risque, ça fait partie du patrimoine. (...) Il faut que les épargnants se diversifient", assure-t-il.


M.T | Reportage Pierre Corrieu, Olivier Stammbach, Christophe Nieulac

Tout
TF1 Info