Le 20h

Applis : saviez-vous que vous pouvez être payé simplement pour marcher ?

TF1 | Reportage C. Ébrel, É. Boucher, D. Blondeau
Publié le 21 décembre 2021 à 15h50, mis à jour le 21 décembre 2021 à 16h08
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

BON PLAN - Et si vous gagniez de l'argent en marchant ? Des applications vous rémunèrent en fonction du nombre de pas effectués. Comment ça fonctionne ?

Plus question pour Zoé de prendre l'ascenseur. Cela fait plus d'un an qu'elle utilise une application pour compter ses pas. "L'année dernière avec les différents confinements, on était pas mal amenés à bosser à la maison. Je me suis rendu compte que je faisais peut-être 200 pas par jour. Ça a un peu été déclencheur. Maintenant, j'essaie vraiment d'atteindre les 10.000. Je suis au-dessus de 6500 par jour, ça, c'est sûr", dit-elle dans le reportage de TF1 en tête d'article. Et cela passe par de nouvelles habitudes. L'application ne se contente pas de compter ses pas, elle lui permet aussi de gagner de l'argent, 5 euros en moyenne par mois.

L'argent vient des commerçants qui paient pour être référencés sur l'application. Car pour gagner des points supplémentaires, les utilisateurs sont incités à dépenser dans ces commerces. "Le commerçant en échange, il va payer un abonnement qui s'élève à 19,90 euros par mois", indique Yves Benchimol, cofondateur de WeWard, application mobile qui incite à marcher.

Dons aux associations

D'autres applications vous proposent de marcher pour faire des dons à des associations mais il faut marcher beaucoup. L'application réussit à vendre de la publicité aux entreprises grâce à ses 6000 utilisateurs quotidiens. Elle peut ensuite reverser des dons à des organismes comme l'association "Coeur de forêt" qui a reçu 5600 euros en trois ans.

Lire aussi

Comme souvent, sur ces applications gratuites, il y a quand même quelques conditions au moment de l'inscription : renseigner son nom, son prénom ou son âge. Des renseignements qui peuvent paraître anodins mais qui font tiquer la spécialiste en cybersécurité, Florence Feniou. "Un prestataire ou une entreprise ne doit pas collecter des données dont il n'a pas besoin. Une date de naissance par exemple associée à une identité peut faciliter l'usurpation d'identité", explique-t-elle. Cela est valable pour toutes les applications. Un simple contrôle de ces réglages permet de mieux protéger ses données personnelles.


TF1 | Reportage C. Ébrel, É. Boucher, D. Blondeau

Tout
TF1 Info