Nouvelle Mercedes Classe E : tradi, mais techno ?

par Marie BOUISSEREN | Reportage Automoto : Pierre LARDENOIS
Publié le 16 février 2024 à 12h00

Source : Automoto

La Classe E est la famille de modèles la plus vendue de l’histoire de Mercedes.
Avec l’intelligence artificielle, le véhicule est capable d’anticiper certaines de vos envies.
La nouvelle Classe E de Mercedes est proposée à partir de 72 950 euros.

En 1993, une grande routière Mercedes a fait son apparition sur le marché de l’automobile : la Classe E. Mais en réalité, l’histoire de cette berline est bien plus vieille. Tout d’abord, elle doit sa sortie à la Ponton, dans les années 50, à la W110 dans les années 60, ou encore aux fameuses séries 123 (fin des années 70) et 124 (1980). Des routières raffinées aux mécaniques éprouvées qui ont été produites à plus de 16 millions d’exemplaires en soixante-dix ans. C’est la famille de modèles la plus vendue de l’histoire de Mercedes. Mais avec l’engouement des voitures électriques, de l’intelligence artificielle et des écrans haute définition, la référence des grandes routières d’hier est-elle toujours d’actualité ? Pierre Lardenois, notre journaliste, est parti le vérifier.

Son intérieur, une réelle révolution ?

Les lignes de la nouvelle Classe E sont toujours aussi classiques et « très Mercedes », et ses proportions et dimensions sont encore très proches de l’ancienne génération. En longueur, le nouveau modèle gagne un gros centimètre pour atteindre les 4 mètres 95, soit onze centimètres de moins que sa grande rivale : la BMW Série 5. Son style évolue donc tout en douceur. Et petit détail à l’arrière du véhicule : cette Classe E a désormais des « étoiles plein les feux »

À l’intérieur, c’est une révolution grâce à son tableau de bord très sophistiqué. Les buses d’aération s’orientent dorénavant toutes seules, sans oublier cette énorme dalle vitrée en option, le « super screen », qui regroupe un écran central tactile de 14 pouces et un écran de 12 pouces dédié au passager. L’interface multimédia a été repensée et est maintenant compatible avec certaines applications de divertissement. Une caméra a fait son apparition au-dessus du tableau de bord, permettant de participer à des visioconférences ou de faire des selfies. Aussi, grâce à l’intelligence artificielle, la Classe E de Mercedes est capable de mémoriser vos habitudes et d’anticiper certaines de vos envies. 

Une gamme complète de moteurs thermiques

Le nouveau modèle est proposé avec une gamme complète de moteurs thermiques plus ou moins électrifiés. Notre modèle d’essai, l’hybride rechargeable baptisée « E-300 E », associe un quatre cylindres turbo essence à un bloc électrique et délivre 313 chevaux. Et l’hybride joue le jeu, à condition de bien recharger sa batterie. Pour une utilisation mixte comprenant pas mal de trajets urbains, elle offre une jolie souplesse. En revanche, lorsque vous commencez à tirer dessus, son moteur quatre cylindres fait des siennes et offre une sonorité « vraiment pas flatteuse » selon notre journaliste. 

Sa batterie de 25 kWh lui permet de parcourir jusqu’à 118 km sans brûler une goutte d’essence. Le problème, c'est qu’elle prend de la place et limite son volume de chargement de 370 litres. Cette version pèse 2 210 kg, soit presque 400 kg de plus que le modèle micro hybridé doté du même moteur essence. C’est beaucoup, mais la suspension pneumatique et les roues arrière directrices sont suffisantes pour oublier ce détail. 

Un tarif assez salé

À défaut d’être sportive, cette Classe E est rassurante et très agréable à conduire. « Et c’est tout ce qu’on lui demande », affirme Pierre Lardenois. Les chauffeurs de taxi devraient l’adorer, mais feront cependant la grimace en voyant le prix : à partir de 72 950 euros. Un tarif salé, mais ce dernier modèle de Mercedes parvient à conjuguer la tradition à la modernité.


Marie BOUISSEREN | Reportage Automoto : Pierre LARDENOIS

Tout
TF1 Info