Parc d'attractions, zoos, théâtres : coup dur pour le porte-monnaie

par Emma FORTON | Chronique Maud DESCAMPS
Publié le 21 février 2024 à 10h45

Source : Bonjour !

Les vacances scolaires sont l'occasion pour sortir en famille.
Attention, vous allez vite le constater : parcs d'attractions, zoos, théâtres... tout a augmenté.
Dans Bonjour ! La Matinale TF1, Maud Descamps revient sur ce secteur qui n'est pas épargné par l'inflation.

Qui dit vacances, dit sorties ! Pendant les congés d'hiver, vous allez sûrement en profiter pour sortir en famille, aller voir un spectacle, aller au parc d'attractions ou encore aller dans un musée. Problème : le secteur des loisirs et des sorties culturelles n'échappe pas à la hausse des prix. À commencer par un loisir que les Français adorent : les parcs d'attractions. Il y en a près de 200 en France. En Europe, aucun autre pays n'a autant de parcs précise Maud Descamps dans Bonjour ! La Matinale TF1. Dans le top trois des parcs préférés des Français : Disneyland en première position avec 15 millions de visiteurs l'an dernier, dont la moitié de Français, le Futuroscope en deuxième et Le Puy du Fou à la troisième place.

Un budget conséquent pour une famille

Notre porte-monnaie aime un peu moins. Si vous devez payer le ticket d'entrée, le repas sur place, plus une nuit d'hôtel, la facture augmente à 500 et parfois jusqu'à 700 euros. Mauvaise nouvelle : les entrées dans les parcs augmentent aussi. L'été dernier, Disneyland avait annoncé que le pass annuel augmentait de 200 euros. Europa-Park, en Allemagne, à la frontière avec la France, énormément fréquenté par les Français, a également annoncé ces tarifs pour 2024 : 69,50 euros pour une entrée adulte, soit quatre euros de plus que l'année dernière. Quand on y va en famille, c'est un sacré budget. Ce qui choque le plus, c'est l'évolution sur 18 ans : en 2006, ce même billet coûtait 30 euros. Il a donc doublé. Qu'est-ce qui coûte cher ? Le renouvellement des attractions et l'entretien du parc. Comme pour tous les autres secteurs, il y a le prix de l'énergie et puis pour les parcs animaliers, il y a aussi l'entretien des animaux et le prix de leurs denrées alimentaires.

Le secteur culturel n'est pas épargné

Malheureusement, il n'y a pas que les entrées dans les parcs d'attractions et les zoos qui coûtent de plus en plus cher. C'est tout le secteur culturel qui est touché, notamment les musées. Début janvier, le Louvre a augmenté le prix de son billet de cinq euros, c'est 30 % de plus. Maintenant, il faut débourser 22 euros. Mais il n'y a pas que les musées parisiens qui sont touchés par cette hausse. On l'observe partout en France, avec les petits théâtres municipaux. Dans la commune d'Hacqueville par exemple, la place est passée de 19 à 24 euros. À chaque fois, c'est la même chose : le coût du travail et le prix de l'énergie. Une flambée des prix qui n'aide pas à remplir toutes ces petites salles qui en ont pourtant besoin pendant les vacances scolaires.


Emma FORTON | Chronique Maud DESCAMPS

Tout
TF1 Info