La flambée des prix de l'énergie

Prix du carburant : 5 questions sur la remise de 18 centimes appliquée dès le 1er avril

Benoit Leroy
Publié le 1 avril 2022 à 7h00
JT Perso

Source : JT 20h WE

La remise gouvernementale de 18 centimes par litre d'essence entre en vigueur ce vendredi 1er avril
Elle sera proposée jusqu'à fin juillet.

La réponse économique du gouvernement sur les prix des carburants entre en vigueur. Dès le vendredi 1er avril, les prix de l'essence et du sans-plomb vont baisser de 18 centimes par litre, grâce à une aide exceptionnelle de l'État. Une mesure qui avait été promise le 12 mars dernier par le Premier ministre Jean Castex.

Lors de cette annonce, le chef du gouvernement avait expliqué que l'État aller "rendre" le trop perçu de taxes via cette remise à la pompe. En effet, ces derniers mois, les hausses constantes des prix des carburants ont entraîné une augmentation des recettes fiscales du côté des finances publiques.

Qui peut en bénéficier ?

Sur ce point, la réponse est claire : tous les particuliers y auront droit. La remise sera également disponible "pour les agriculteurs, les pêcheurs, les transporteurs routiers, les taxis et les acteurs des travaux publics", précise le ministère de la Transition écologique ce samedi 26 mars. L'État a décidé de mettre en place une "aide exceptionnelle à l'acquisition de carburants" en accordant une subvention de 0,15€/l de carburants vendus aux importateurs et aux raffineurs de pétroles - aussi appelés "centrales d'achats".

Plusieurs carburants sont éligibles à cette aide financière : 

- le gazole, le gazole pêche, le gazole non routier (GNR),

- les essences (SP95, SP98-E5, SP-95-E10),

- le gaz pétrole liquéfié carburant (GPL-c), le gaz naturel véhicule (GNV) sous forme comprimée (GNC) ou liquéfiée (GNL),

- le superéthanol (E85) et l’éthanol diesel (ED95).

À combien s'élève la remise ?

D'abord annoncée à 15 centimes d'euros par litre, pour le consommateur final, elle sera de 18 centimes d'euros. En cause, la TVA appliquée aux produits pétroliers de 20%, d'où trois centimes supplémentaires. Elle sera légèrement plus faible en Corse, moins taxée sur les carburants. Très concrètement, sur un plein de 50 litres, la réduction sera de neuf euros avec cette ristourne.

Selon les chiffres officiels, le litre de SP95 était affiché à 1,93€ quand le gazole, lui, était vendu à 1,97€/l ce vendredi 25 mars. Pour ces deux carburants, il s'agissait d'une baisse inédite sur les derniers mois. Pour autant, les deux produits restent à de très hauts niveaux.

Quand sera-t-elle affichée ? Jusqu'à quand ?

Dans un premier temps, la baisse ne devait pas être affichée sur les totems de prix à l'entrée des stations-services. Finalement, les prix à la pompe tiendront compte de cette réduction. L'automobiliste "paiera donc directement le prix remisé du carburant", confirme le ministère de la Transition écologique. Celle-ci est financée par l'État pour une période de quatre mois. Soit jusqu'à la fin du mois de juillet prochain. Ensuite, le gouvernement a dit réfléchir - en cas de réélection - à des mesures plus ciblées pour les gros rouleurs ou les ménages modestes.

Vous pourrez néanmoins voir très précisément quelle a été l'effet de cette remise sur votre plein. En effet, les distributeurs se sont engagés à inscrire la remise gouvernementale sur le ticket ou en station.

Lire aussi

Toutes les stations-services seront-elles concernées ?

Oui. Pour respecter le délai du 1er avril, le carburant remisé a été vendu aux stations-services et aux professionnels dès dimanche 27 mars. "Cette anticipation de quelques jours permet de prendre en compte les contraintes de renouvellement des cuves des stations-service, ou de stocks des professionnels, sans générer de pénurie à la pompe", explique-t-on au gouvernement.

Même anticipation pour les plus petites stations-services. Celle-ci recevront une avance de 3.000 euros afin de proposer cette réduction de 0,18€/l dès le 1er avril. Une sorte d'avance de trésorerie. Cette exception concernera surtout les points de ventes situés en zone rurale et renouvelant peu leurs stocks. 

Faudra-t-il se dépêcher ?

"Ce dispositif (...) n’est pas limité en volume de carburant vendu", explique le ministère de la Transition écologique ce samedi 26 mars. Inutile donc de faire la queue dès ce 1er avril aux aurores. Le risque de pénurie à la pompe a été pris en compte en anticipant les ventes à prix réduit, estime le gouvernement.


Benoit Leroy

Tout
TF1 Info