Pompe à chaleur : ce qu'il faut savoir sur le "coup de pouce" instauré dès ce mercredi

Publié le 1 mars 2023 à 18h41, mis à jour le 1 mars 2023 à 21h25

Source : JT 20h Semaine

À partir du 1er mars, les particuliers pourront bénéficier d'une aide pour l'installation d'une pompe à chaleur.
Ce coup de pouce sera d'au minimum de 5000 euros.
Une manière pour le gouvernement d'augmenter le nombre de projets de géothermie, peu développés en France.

De la chaleur provenant de la terre plutôt que des énergies fossiles. Face à la crise énergétique, le gouvernement veut inciter au développement de projets géothermiques, qui consiste à aller puiser dans le sous-sol de la chaleur renouvelable lié au fonctionnement géologique de la Terre. Dans ce sens, une aide a été mise en place à partir de ce 1er mars, alors que cette solution reste peu choisie en France.

Quel montant ?

Ce "coup de pouce" permettant de remplacer une vieille chaudière thermique par une pompe à chaleur géothermique doit atteindre un montant minimum de 5000 euros, quel que soit le niveau de revenu. Jusqu'ici, l'aide était de 4000 euros pour les ménages les plus modestes et 2500 euros pour les autres.

Cette aide à l'installation peut par ailleurs être cumulée avec la prime rénovation versée par le gouvernement "Ma Prime Renov". Selon le ministère, tous ces dispositifs de soutien pourraient atteindre jusqu'à 16.000 euros d'aides publiques pour les ménages les plus modestes. L'installation peut néanmoins largement dépasser les 20.000 euros, selon les travaux nécessaires, le sol, le nombre et la profondeur des forages.

Quels critères pour installer une pompe à chaleur ?

La pompe à chaleur avait été présentée par la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, comme "une option assez adaptée, notamment dans les zones rurales", permettant de "réduire l'empreinte carbone du chauffage et de rafraîchir l'été". Pour le ministère, il s'agit également d'un moyen de faire baisser sa facture. Selon ses calculs, en partant du prix actuel des énergies, un ménage moyen économiserait chaque année au moins 800 euros en substitution d’un chauffage fioul et près de 500 euros en substitution d’un chauffage gaz.

Pour autant, pour fonctionner de façon optimale, les pompes à chaleur doivent être installées dans des logements parfaitement isolés, sans quoi elles risquent de ne pas fonctionner lorsque les températures baissent. Par ailleurs, pour obtenir l'aide, le logement concerné doit être achevé depuis plus de deux ans.

Comment l'obtenir ?

Cette aide ne sera pas reversée par l'État, mais par les fournisseurs d'énergie, dans le cadre des CEE, pour "certificat d'économie d'énergie". Pour obtenir cette aide, une démarche bien précise doit être suivie. Une offre du fournisseur d'énergie doit d'abord être sélectionnée avant que le devis des travaux ne soit signé. "Il est recommandé de mettre en concurrence plusieurs fournisseurs d'énergie pour bénéficier de la meilleure aide possible", conseille le site du gouvernement.

Un professionnel "reconnu garant de l'environnement" doit par ailleurs être choisi pour la réalisation des travaux, parmi ceux qui sont recensés. C'est seulement à la fin des travaux qu'il faudra envoyer les pièces justificatives des travaux aux fournisseurs d'énergie. Ceux-ci reverseront alors la prime, soit par virement bancaire ou chèque, soit par facture, soit sous une autre forme.

La France compte environ 200.000 pompes à chaleur géothermiques, mais il ne s'en vend plus que 3000 environ par an. Si pour l'instant, les projets de géothermie sont concentrés dans le bassin parisien où ils alimentent des réseaux de chaleurs urbains, le gouvernement souhaite voir doubler leur nombre chez les particuliers d'ici à 2025. Actuellement, le chauffage absorbe 50% de l'énergie consommée en France, et il reste majoritairement issu d'énergies fossiles, principalement le fioul et le gaz.


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info