Énergie : une fin d'année sous le signe de la sobriété

Électricité : 16 réacteurs du parc nucléaire toujours à l'arrêt, l'arrivée du froid inquiète

A.B.
Publié le 9 décembre 2022 à 11h07
JT Perso

Source : JT 20h WE

16 des 56 réacteurs nucléaires français sont toujours à l'arrêt.
Une situation problématique alors que les températures vont baisser ce week-end et lundi.
Des tensions pourraient survenir sur le réseau électrique.

La situation est difficile sur le plan de la production électrique en France. Alors que le pays est confronté à la menace de coupures pour éviter de surcharger le réseau, l'Hexagone ne peut toujours pas compter sur l'ensemble de son parc nucléaire. Ce vendredi 9 décembre, 16 des 56 réacteurs français sont toujours à l'arrêt pour maintenance ou réparations tandis que deux ont pu reprendre du service dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé EDF.

"40 réacteurs sont connectés au réseau ce matin", a indiqué à l'AFP la direction de l'électricien qui compte comme clients environ 70% des ménages français et 55 à 60% des entreprises. Les données d'EDF montrent que les réacteurs Bugey 3 près de Grenoble et Dampierre 3 dans le Loiret ont redémarré, sachant que Cattenom 4 en Lorraine avait repris la production d'électricité mercredi soir. Selon EDF, les 40 réacteurs branchés portent à 39 gigawatts (GW) la puissance disponible sur les 61,4 GW possibles en France. Mais même avec les deux redémarrages de la nuit, EDF reste en retard sur son calendrier établi cet automne.

Car comme cet automne, la relance de plusieurs réacteurs a dû être reportée. En cause : un phénomène de "corrosion sous contrainte" dans les centrales et un retard sur les maintenances. C'était notamment le cas du réacteur numéro 3 de la centrale de Dampierre, dans le Loiret, qui a repris du service ce vendredi matin au lieu de lundi dernier. 

Ces redémarrages sont d'autant plus importants que la journée de lundi inquiète du côté des autorités. Avec des températures en nette baisse, le gestionnaire des lignes à haute et très haute tension, RTE, anticipe un pic de consommation, ce qui laisse craindre des tensions sur le réseau électrique. Pour l'heure, la société observe toutefois une baisse de la consommation électrique malgré le froid : - 8,3% sur une semaine par rapport à la moyenne de la période 2014-2019. EDF estime de son côté la baisse à -10% en novembre, par rapport à novembre 2021.

"Chaque année ça va s'améliorer"

Des efforts sur la consommation d'énergie qui pourraient être appelés à se poursuivre. Interrogée sur Europe 1, la présidente de la Commission de régulation de l'énergie (Cre), Emmanuelle Wargon, a ainsi regretté que le parc nucléaire français continue de souffrir, estimant que cela prendrait "quelques années pour être totalement dans un retour à la normale". "EDF a perdu un quart de sa production nucléaire par rapport à d'habitude, ce qui est énorme", a-t-elle expliqué. 

Un laps de temps durant lequel la situation énergétique de la France pourrait rester précaire. "On pense que cet hiver sera plutôt délicat, probablement l'hiver prochain encore, et puis chaque année ça va s'améliorer", a assuré l'ex-ministre. Pour Emmanuel Wargon, les tensions devraient ainsi durer avec un hiver 2023/2024 qu'elle prédit "particulièrement difficile" avec, en plus des difficultés sur le nucléaire, des tensions sur les approvisionnements en gaz qui pourraient se poursuivre. Un discours qu'elle a toutefois voulu nuancer : "On était inquiets sur cet hiver, mais je pense qu'on va montrer collectivement qu'on peut le passer". 

Lire aussi

Pour tenter de limiter les impacts du ralentissement de la production nucléaire, la France devient cette année, et pour la première fois depuis 42 ans, importatrice nette d'électricité, notamment en provenance de l'Allemagne, l'Italie ou la Belgique. Et la présidente de la Cre de lancer également un appel à développer "plus d'énergies renouvelables" pour faire face à la consommation toujours plus importante en électricité. "Il faut qu'on produise plus d'énergie", a-t-elle avancé en mettant en avant le développement de l'éolien offshore, terrestre ou encore du solaire.


A.B.

Tout
TF1 Info