La flambée des prix de l'énergie

Crise de l'énergie : trois gestes simples pour garder son logement chaud sans se ruiner

S.M
Publié le 1 décembre 2022 à 16h34
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Le chauffage et la production d'eau chaude représentent 60% de la facture d'électricité d'un ménage.
Pour éviter d'augmenter encore ce poste de dépense alors que l'hiver s'installe, des gestes simples existent.
Tour d'horizon.

C'est l’une des dépenses les plus importantes dans les foyers français. Alors que l’hiver s’annonce froid, et que les prix de l’énergie flambent depuis des mois, la facture s'annonce salée, le chauffage et la production d’eau chaude représentant 60% de la facture d’électricité d’un ménage, selon les calculs de l’Ademe. Une proportion qui peut grimper jusqu’à 75%, d’après l’organisme, mais qui peut aussi baisser avec les bons écogestes, tout en maintenant son logement à une température convenable. 

Outre l'entretien régulier des systèmes de chauffage (bois, gaz, électrique ou fioul) et des travaux pour améliorer la qualité d’isolation pour permettre de mieux se chauffer sans trop dépenser, des gestes simples du quotidien existent. La rédaction de TF1info en a sélectionné trois principaux.

Régler la température idéale dans chaque pièce

Dans son appel à la sobriété énergétique ces dernières semaines, le gouvernement recommande de ne pas régler son chauffage au-delà de 19°C. Une température idéale, d’après l’Ademe, dans les pièces à vivre, comme le salon ou la salle à manger. Pour les chambres, cette température idéale est abaissée à 17°C. Le mercure augmente en revanche dans la salle de bain, et doit atteindre idéalement 22°C, uniquement lorsqu’on l’utilise.

À noter que baisser le chauffage d’1 degré permet une baisse de la consommation de 7%. Régler son chauffe-eau entre 50 et 60°C permet en outre de se chauffer correctement tout en économisant.

Traquer les infiltrations d'air

Pour maintenir ces températures sans gaspiller de l’énergie, il faut traquer les infiltrations d’air, en particulier si vous êtes mal isolé, conseille de son côté EDF. L’entreprise liste des méthodes simples, mais efficaces pour "traquer" les passages d’air : mettre un boudin ou un coussin sous la porte d’entrée ; refaire les joints ou disposer un isolant adhésif sur les fenêtres ; fermer ses volets la nuit pour mieux isoler ; installer des double-rideaux ou des rideaux thermiques devant les portes ; installer des réflecteurs de chaleur derrière les radiateurs afin que la chaleur produite se redirige vers la pièce, plutôt que de chauffer inutilement le mur. 

Lire aussi

Attention, il ne s’agit pas pour autant d’obstruer tous les passages d’air dans votre logement, qui doit être aéré au moins 10 minutes par jour (en coupant son chauffage de préférence) pour renouveler l’air, mais aussi prévenir de l’humidité (un intérieur sec se réchauffe plus vite que s’il est humide !).

Couper le chauffage pendant vos absences... ou pas !

En fonction de la qualité d’isolation du logement, il est préférable, ou non, de couper le chauffage la nuit, lorsque vous vous absentez, pour une journée de travail ou un weekend. Si le logement est bien isolé, il est ainsi utile de couper le chauffage, selon le fournisseur Ekwateur. L’air chaud étant "emprisonné", la température ne devrait pas baisser. 

En revanche, si l’isolation thermique du logement n’est pas optimale, il est au contraire déconseillé d’éteindre les radiateurs. Il est alors conseillé de les baisser entre 14°C et 16°C (dans la pièce où se trouve le réfrigérateur notamment), mais pas en dessous, car autrement, l’effort de chauffe des appareils pour revenir à la température idéale sera trop important lors du rallumage. Enfin, pour les absences prolongées de plus d'une semaine, Ekwatteur recommande de couper le chauffage, mais en programmant les radiateurs en mode hors gel, soit environ 7°C. 


S.M

Tout
TF1 Info