Crise de l'énergie en France

Électricité : la baisse de la consommation se maintient en France

M.G avec AFP
Publié le 4 janvier 2023 à 23h10
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La consommation électrique en France entre Noël et le jour de l'An a encore reculé par rapport à 2021.
Si la baisse est moins forte que celle enregistrée mi-décembre, elle confirme tout de même la tendance observée ces dernières semaines.

Les appels répétés à la sobriété du gouvernement continuent de faire effet. Lors des fêtes de fin d'année, les Français ont ainsi consommé une moins grande quantité d'électricité que l'année précédente. Plus précisément, la consommation d'électricité a reculé de 8,5% la semaine dernière par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019) à la même période, a indiqué le gestionnaire du réseau de très haute et haute tension RTE, selon des chiffres arrêtés au 1er janvier et publiés mardi soir. 

Ce chiffre est un tout petit peu moins élevé que le niveau symbolique des 10% (9,7% pour être précis) relevé mi-décembre. "Le potentiel d'effet de sobriété est moins important pendant les vacances scolaires" de Noël, où les entreprises et industriels baissent leur consommation voire ferment leurs portes pour les congés, explique RTE. De même, les températures (exceptionnellement) douces observées après l'épisode de froid de mi-décembre, réduisent le potentiel d'économies de chauffage. "Plus il fait froid, plus il y a besoin de chauffage, et plus il est alors possible d'agir sur notre consommation. A contrario, plus il fait doux, moins il y a de marges d'économies d'énergie puisque l'utilisation du chauffage est moindre", souligne-t-il encore.

-8,5% en décembre

La tendance reste, malgré tout, très encourageante : sur les quatre dernières semaines, correspondant à tout le mois de décembre, la baisse moyenne a atteint 8,5%. Mieux, d'abord identifiée dans le secteur industriel, la baisse de la consommation concerne désormais tous les usagers, résidentiels comme tertiaires. Au cours du dernier mois de l'année 2022, "la consommation agrégée des secteurs résidentiel et tertiaire (après correction des effets météorologiques) était ainsi inférieure d’environ 6% par rapport au niveau de 2021", écrit le gestionnaire. 

À noter que ces données sont diffusées après retraitement des effets calendaires et météorologiques : il s'agit donc de la consommation qui aurait eu lieu si les températures avaient été alignées sur les températures normales définies par Météo-France pour la période. De cette manière, il est possible d’identifier les variations structurelles de la consommation, d’une année sur l’autre, au-delà des effets météorologiques. 

Lire aussi

Conséquence de ces efforts, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a salué mercredi une menace de coupures de courant cet hiver qui "semble s'écarter". Néanmoins, il a appelé les "entreprises et les citoyens" à "maintenir les efforts sur les écogestes".


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info