Le WE

ENQUÊTE - "Indice de réparabilité" : peut-on vraiment s'y fier ?

TF1info | Reportage : Eléna Despatureaux, Marie Ramaugé
Publié le 5 novembre 2022 à 10h15
JT Perso

Source : JT 20h WE

L’indice de réparabilité existe depuis près de deux ans.
Cette note sur 10 évalue si un produit peut être réparé plutôt que changé.
Les associations de consommateurs estiment que le calcul utilisé est trompeur.

Dans le magasin d’électroménager visité par notre équipe, tous les téléviseurs, ordinateurs ou lave-linges arborent une note verte, très souvent flatteuse. "On n'a pas d'article en magasin qui ait moins de 6/10", nous confirme un responsable de l'enseigne. 

Mis en place début 2021, cet indice concerne aussi les smartphones et les tondeuses à gazon électriques, et son application devrait être étendue, avant son remplacement en 2024 par un "indice de durabilité". Mais peut-on vraiment se fier à la note indiquée ? TF1 a testé la "réparabilité" de plusieurs produits, une enquête que l'on peut retrouver dans le reportage ci-dessus. 

Une carte électronique entre 400 et 500 euros à elle seule

Nous avons emmené chez un réparateur de la région parisienne plusieurs machines à laver. La première qu'il examine a une réparabilité évaluée à 6,2 sur 10 en magasin, mais ce n’est pas si simple. "Sur ce modèle-là, on ne pourra pas changer que le tambour", nous explique Thomas Faure, "de par sa fabrication, on sera obligé de changer la cuve complète". Soit au moins 400 euros de réparation. 

Et la facture augmente pour un autre lave-linge, pourtant encore mieux noté : 7,2 sur 10. "Le problème sur ce genre d'appareil, c'est le coût des pièces détachées", diagnostique notre réparateur, "sa carte électronique se situe entre 400 et 500 euros". Soit à elle seule, la moitié du prix de l'appareil neuf.

On voit bien que cet indice peut décevoir, parce qu'il a été mal construit

Alain Bazot, président d'UFC-Que Choisir

Dans ces deux cas, l’indice attribué par le constructeur apparaît surévalué. Il repose sur cinq critères principaux, dont la notice technique, la facilité de démontage, la disponibilité et le prix des pièces détachées. Or, tous sont à égalité, ce qui fausse la note finale selon les associations de consommateurs. "En réalité, quand on prend le seul critère de la disponibilité des pièces détachées, la note ne dépasse pas  4,8", explique le président d'UFC-Que Choisir à propos des smartphones, notés en moyenne 7/10. "Au moment de le faire réparer, il y a un risque de ne pas trouver les pièces", conclut-il, "donc on voit bien que cet indice peut décevoir, parce qu'il a été mal construit"

Lire aussi

En 2024, l'indice de durabilité remplacera celui de réparabilité. Il concernera plus de produits, mais verra justement ses critères élargis. L’objectif est d’inciter les fabricants à concevoir des produits plus robustes, et d'allonger sa durée de vie avant obsolescence.


TF1info | Reportage : Eléna Despatureaux, Marie Ramaugé

Tout
TF1 Info