Crise de l'énergie : "fin de l'abondance" et début de la "sobriété"

Entreprises : 10 pistes pour réduire votre consommation d'énergie

Virginie Fauroux
Publié le 30 août 2022 à 18h56
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La Première ministre Elisabeth Borne a exhorté lundi les entreprises à agir pour améliorer leur sobriété énergétique.
Dans le cas contraire, elles seront les "premières touchées" par des mesures de "rationnement" dans les prochains mois.
Voici quelques pistes pour réaliser des économies substantielles.

Dans son discours devant le patronat, la cheffe du gouvernement Élisabeth Borne a demandé lundi 29 août aux entreprises d'agir pour consommer moins d'énergie, agitant la menace de mesures de rationnement cet hiver, alors que la Russie pourrait couper l'approvisionnement de l'Europe en gaz. Chaque entreprise a été invitée à élaborer un plan de sobriété d'ici à la fin septembre, et la Première ministre s'est montrée favorable à la nomination de "référents sobriété" en leur sein. D'autres pistes simples existent pour réduire la facture d'énergie des entreprises. Deskeo, leader des solutions hybrides de bureaux, a ainsi publié un guide du bureau durable avec des étapes clés.

La première est de faire un état des lieux qui va rassembler toutes les initiatives en cours dans votre entreprise. À l’heure actuelle, elles sont peut-être éparpillées, mais soulignent que vous ne partez certainement pas de zéro, comme l'assurait lundi le patronat. Les entreprises "ont déjà commencé le travail", avait par exemple réagi auprès de l'AFP Jean-François Faure, président de la société Aucoffre.com, spécialisée dans le commerce de métaux. 

Au même titre qu'un "référent sobriété", prôné par le gouvernement, rassembler les initiatives isolées, c’est aussi rassembler les collaborateurs qui ont à cœur de rendre leur entreprise plus responsable. Selon une étude de Consumer Science & Analytics réalisée en 2021, l’environnement est la deuxième préoccupation principale des salariés, et même la première pour les jeunes salariés de moins de 35 ans.

Baisser le chauffage

Premier poste qui doit attirer votre attention : le chauffage. Selon l'Ademe, il représente 50% des dépenses en énergie d’un bureau. La bonne nouvelle, c'est qu’en baissant la température de quelques degrés, en passant par exemple de 23 à 20 °C, pour les pièces occupées, vous pouvez réduire votre consommation de 7% (Quelle énergie, 2022). Par ailleurs, conformément à la réglementation, dans les établissements tertiaires, sachez que le niveau de température ambiant doit être de 16°C hors période d’occupation et de 8°C si les lieux sont inoccupés plus de deux jours.

Vérifier son isolation

Selon l’Agence de la Transition Écologique (Ademe), les déperditions d’énergie peuvent être liées à des problèmes d’isolation : du toit pour 25 à 30%, des pertes de chaleur des murs pour 20 à 25%, ou encore des fenêtres pour 10 à 15%. Il est donc nécessaire de la vérifier. De plus, le confort thermique ne se limite pas à un chauffage efficace en hiver. C’est aussi l’utilisation optimale de la climatisation en été qui passe elle aussi par une bonne isolation de l’espace, mais aussi par l’installation de volets, stores, pare-soleils, et des fenêtres de bonne qualité.

Entretenir sa pompe à chaleur ou sa climatisation réversible

En plus de l’inspection quinquennale obligatoire, il est nécessaire de faire vérifier le bon fonctionnement général des systèmes de chauffage, notamment le bon réglage des pompes de circulation pour le chauffage à eau chaude.

Choisir un éclairage durable

Un bon éclairage est une dimension clé de la qualité de vie au travail, mais tous les éclairages ne se valent pas… Lorsqu’il est question de durabilité, les LED présentent de nombreux avantages : une durée de vie incomparable à celle des autres technologies (20 fois supérieure à celle des halogènes et 4 fois supérieure à celle des fluocompactes) et un très bon rendement énergétique, entre 2 et 5 fois supérieur à celui des fluocompactes. 

Adapter l’éclairage aux besoins

Concevoir un système d’éclairage durable, c’est aussi chercher des solutions pour adapter l’éclairage des espaces aux besoins de vos équipes. Combien de fois avez-vous été surpris par une salle de réunion restée allumée alors qu’elle était vide depuis longtemps ? En 2020, la start-up parisienne Deepki, qui réalise des audits énergétiques dans le secteur de l'immobilier, a analysé la consommation énergétique de 3500 bâtiments avant et pendant la pandémie. Le résultat de l’étude est sans appel : 40% des sites ont continué à consommer comme si de rien n’était alors que leurs taux d’occupation avaient radicalement changé. Pour remédier à ce problème, vous pouvez intégrer certains éléments dans la conception de vos espaces : des détecteurs de présence et de mouvement ou encore des interrupteurs minuterie.

Éteindre l'éclairage la nuit

Il est également important d'éteindre l’éclairage intérieur des bâtiments la nuit, le week-end et lors des périodes de fermeture, conformément à la réglementation. Et de réduire l’éclairage extérieur, notamment publicitaire et l’éteindre au plus tard à 1h conformément à la réglementation. 

Éteindre son ordinateur quand on quitte son poste

Et internet dans tout ça ? On a tendance à l’oublier, mais le numérique est bien un poste d’émission important au sein des bureaux. Il représente 4% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, et ce chiffre devrait doubler d'ici à 2025 (HelloCarbo, 2022). C’est donc sans surprise qu’une utilisation plus responsable de ces technologies est primordiale. La première est d'éteindre les appareils électroniques au moment de quitter son poste, car, même en veille, ils continuent de consommer de l’énergie. 

Lire aussi

Réduire la consommation des appareils informatiques

 Afin de réduire la consommation des appareils informatiques, on peut aussi mettre son écran en mode sombre : en éteignant les pixels, le mode sombre permet d’augmenter jusqu’à 6 fois l’autonomie de vos équipements, paramétrer la veille des ordinateurs, ou encore préférer les ordinateurs portables qui consomment 50 à 80 % de moins qu’un poste fixe. On peut également limiter le nombre d’imprimantes en privilégiant des appareils multifonctions moins nombreux.

Trier sa boîte mail

Sachez qu'envoyer 20 mails par jour pollue autant que parcourir 100 km en voiture. Maîtriser l’usage du courrier électronique est donc également primordial. Pour ce faire, évitez d’envoyer des pièces jointes trop lourdes, limitez le nombre de destinataires, évitez de trop stocker de messages, triez et nettoyez régulièrement votre boîte de messagerie. 

Utiliser chaque m²

Il existe enfin un autre critère qui aura une grande influence sur votre impact environnemental : la surface ! En effet, chaque m² que vous n’utilisez pas, c'est des m² de travaux pour rien, des m² chauffés et climatisés pour rien, des m² que quelqu’un d’autre pourrait utiliser de façon plus pertinente… Bref, bien anticiper la surface dont vous aurez besoin vous permettra de mieux répartir la consommation d’énergie sur votre espace de travail. 


Virginie Fauroux

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info