Grippe aviaire : du Danemark à la France, quel est le parcours du virus en Europe ?

LC
Publié le 5 novembre 2021 à 18h16
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

ÉPIZOOTIE - Alors que l’ensemble du territoire métropolitain fait désormais face à un risque "élevé" de propagation de la grippe aviaire, la reprise épidémique avait déjà commencé depuis plusieurs mois en Europe.

La disparition de la grippe aviaire en France n’aura pas duré longtemps. Ce vendredi 5 novembre, les autorités françaises appellent à confiner toutes les volailles élevées en plein air après plusieurs contaminations signalées dans l’Hexagone.

Le 2 septembre pourtant, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) annonçait que la France était de nouveau indemne d’influenza aviaire hautement pathogène. C'était sans compter la reprise épidémique en Europe.

Explosion des cas dans les pays européens du Nord

Le 4 juillet, le Danemark a ouvert la danse avec un foyer de 198 cas dans une ferme de 38.000 poules. Un mois plus tard, les Pays-Bas signalaient la présence du virus dans la faune sauvage. S’ensuivit, dans le pays européen, une explosion du nombre de contaminations au H5N8.

"Environ 36.000 oiseaux ont été abattus à la ferme (aux Pays-Bas) pour empêcher la propagation du virus", a indiqué le ministère néerlandais de l'Agriculture, le 26 octobre.

130 foyers en Europe depuis le mois d'août

Mais la découverte d’oiseaux sauvages morts ne s’arrête pas aux abords de la mer Baltique. Des cas sont rapportés quasi toutes les semaines par l’Organisation mondiale de la santé animale, dont six dans des élevages de dindes de chair en Italie, trois en Allemagne, plusieurs en Belgique, au Luxembourg... Au total, 130 foyers d’influenza aviaire ont été détectés en Europe depuis le mois d'août.

Lire aussi

La France, à son tour, est touchée par la grippe aviaire début septembre. Trois basses-cours contaminées ont pour l'instant été recensées dans les départements des Ardennes et de l’Aisne, a annoncé jeudi le ministère de l’Agriculture.

Ces nouvelles contaminations ont aussitôt entrainé le relèvement du niveau de risque à "élevé" sur l’ensemble de l'Hexagone. Les autorités, elles, demandent aux éleveurs de confiner leurs volailles, à l'image des Pays-Bas, jusqu'en mars prochain.

En s'y prenant tôt, le gouvernement espère ainsi éviter la répétition des crises passées. L'hiver dernier, le virus de l’influenza avait conduit à l’abattage de 3,5 millions de volailles, principalement dans le Sud-Ouest, sans que l’épidémie n’ait été complètement éradiquée.


LC

Tout
TF1 Info