Inflation, sobriété énergétique... Une fin d'année 2022 pas à la fête

Inflation : les Français dépensent moins... malgré une hausse du pouvoir d'achat

A.B. avec AFP
Publié le 30 novembre 2022 à 17h06
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Selon l'Insee, le pouvoir d'achat des ménages français a légèrement rebondi en octobre.
Mais dans le même temps, les consommateurs ont moins dépensé.
Un repli au plus haut depuis avril 2021.

C'est un bilan paradoxal que publie l'Insee, ce mercredi 30 novembre. L'Institut national de la statistique a diffusé sa note sur le pouvoir d'achat et la consommation des ménages pour le troisième trimestre. Alors que le premier indice est en progression, le second est à la baisse. En effet, traditionnel moteur de croissance, la consommation des ménages en France a connu en octobre sa plus forte chute depuis le confinement du printemps 2021. En cause : l'inflation.

Dans le détail, la consommation des biens - sans les services - a reculé de 2,8%. Une baisse accentuée par celle de 7,9% des dépenses d'énergie, qui s'explique par le climat exceptionnellement doux dont a bénéficié l'Hexagone en octobre ainsi qu'à la baisse des prix des carburants à la pompe, bénéficiant encore de la remise gouvernementale de 30 centimes par litre. 

Baisse de la consommation sur un an

Le fléchissement de la consommation provient aussi d'un recul de 1,7% des achats de biens fabriqués et de la consommation alimentaire, qui diminue de 1,4%, explique l'Insee. "Ça montre que globalement la situation économique n'est pas des plus favorables. C'est à mettre en lien avec la forte dégradation de la confiance des consommateurs", détaille à l'AFP Charlotte de Montpellier, économiste de la banque ING. La période actuelle "n'est pas considérée comme le moment de faire de grands achats", explique-t-elle. 

Les achats de biens durables, qui représentent des dépenses importantes et sont une sous-catégorie des biens fabriqués, se replient aussi de 1,7%, en raison du "recul des dépenses en biens d’équipement, notamment en téléphones, et, dans une moindre mesure, d'une nette diminution des achats de véhicules neufs", détaille le communiqué de l'Insee, qui fait aussi état d'une diminution de 4,1% des dépenses en habillement-textile, après une hausse de 5,1% en septembre.

Sur un an, par rapport à octobre 2021, la consommation des ménages se replie de 5,9%, tandis que la hausse des prix à la consommation s'est élevée à 6,2% sur la même période, selon l'Institut. Toujours sur un an, les dépenses d'énergie et de produits raffinés (carburants) baissent de 11,5% et celles de produits alimentaires de 7,5%, tandis que la consommation de biens fabriqués baisse de 1,9%, et celle de biens durables de 2,7%.

Les aides au secours du pouvoir d'achat

Un climat de méfiance qui contraste avec un autre chiffre publié par l'Insee : les ménages français ont gagné en pouvoir d'achat au troisième trimestre 2022. Un gain qui s'explique notamment par la revalorisation anticipée des prestations sociales (pensions de retraite de base et prestations familiales) au mois de juillet et le versement de l'aide exceptionnelle de rentrée aux ménages modestes. Ainsi, cet indice a connu une hausse de 2,6% du revenu disponible brut. 

Une augmentation toutefois ramenée à 0,8% si l'on prend en compte la composition des foyers, selon la mesure appelée "par unité de consommation" par l'Insee. C'est mieux que lors du deuxième trimestre où le pouvoir d'achat avait reculé de 1% par personne. Autre fait à noter : le taux d'épargne des ménages rebondit également au troisième trimestre. Il s'établit à 16,6% selon l'Insee, après 15,8% au deuxième trimestre 2022. 


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info