Inflation : entre l'hygiène et la nourriture, un Français sur cinq affirme devoir choisir

par F.Se
Publié le 26 février 2024 à 12h42

Source : JT 13h Semaine

Le contexte économique a accentué la précarité de millions de Français.
Un sur deux affirme désormais limiter sa consommation de produits d'hygiène.
C'est le résultat d'un sondage de l'Ifop pour l'association Dons Solidaires.

Si l'inflation a un impact direct sur les choix alimentaires d'une partie des Français, elle a aussi bousculé les habitudes en termes d'hygiène. Selon un sondage commandé à l'Ifop par l'association Dons Solidaires*, un Français sur deux déclare désormais limiter sa consommation de produits d'hygiène. Maquillage, déodorants, mais aussi shampoing, dentifrice et même papier toilette, tous les postes de ce budget sont affectés à divers degrés. Un Français sur cinq dit même avoir déjà dû choisir entre acheter de la nourriture et un produit d'hygiène.

Précarité hygiénique

L'association Dons Solidaires, créée en 2004, a pour vocation de collecter des produits non-alimentaires, "à destination des personnes en situation de précarité, d'isolement, de maladie ou de handicap". C'est pourquoi elle a cherché à mesurer les conséquences de l'inflation ressenties par les Français sur leur consommation de produits d'hygiène, moins étudiés jusqu'ici que l'alimentation ou le logement. Les résultats de ce sondage sont édifiants.

L'inquiétude face à l'augmentation des prix semble commune à l'ensemble de la population, en atteignant 95%. Les fins de mois sont régulièrement difficiles pour 57% des sondés, tandis que 46% d'entre eux redoutent même de tomber dans la pauvreté. Dans ce contexte, la précarité hygiénique a fortement progressé, entre hausse des produits d'hygiène à proprement parler, et arbitrages avec les autres postes budgétaires.

Les jeunes particulièrement touchés

Le "sentiment de malaise", déjà présent, s'accroit pour une grande partie de la population, en lien avec l'apparence physique. 26% des Français déclarent avoir peur d'être jugés négativement sur leurs dents, 16% sur leur odeur corporelle, et 13% sur leur hygiène personnelle. Les jeunes ressentent encore plus fortement ce phénomène, avec 33% des 18-24 ans qui "ressentent de l’anxiété à l’égard de leur hygiène personnelle". Ils sont les plus nombreux à renoncer à l'achat de déodorant, de shampoing, et de brosse à dents. 

Ce doute sur leur apparence fragilise les populations les plus concernées par la nécessité de diminuer leurs achats de produits d'hygiène. Un quart des Français serait ainsi amené à ne plus socialiser avec famille et amis, et presque autant à éviter le sport de peur de ne pouvoir se laver ensuite. Le mal-être au travail est vécu dans les mêmes proportions, pointe l'étude, et "peut aller jusqu’à ne pas se présenter à un entretien d’embauche (17%) et même ne pas aller travailler (16%)"

Dons Solidaires note enfin que "les femmes continuent de subir de plein fouet la précarité menstruelle", qui augmente de 6% par rapport à l'année précédente. 16% d'entre elles indiquent qu’il leur arrive, par manque d’argent, de manquer de protections hygiéniques pour elles ou leurs filles. 

* L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 2000 répondants, représentatif de la population française âgée de plus de 18 ans. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas. Les interviews ont été réalisées du 17 au 22 novembre 2023.


F.Se

Tout
TF1 Info