Six millions de volailles ont été abattues en France en 2022 et 2023, en raison de la grippe aviaire.
Le prix des œufs a ainsi fortement augmenté, et les importations en provenance d'autres pays européens également.

Les prix de production des œufs ont augmenté fin mars, sur les 12 derniers mois, de plus de 50% selon le ministère de l'Agriculture. Si l'œuf reste la protéine animale la moins chère dans les rayons, il n'échappe pas à l'inflation. En cause : la grippe aviaire, qui a décimé six millions de volailles entre 2022 et 2023 en France, et 22 millions en 2021-2022.

Pour pallier cette perte, l'Hexagone a choisi d'importer massivement, depuis l'Espagne notamment, mais surtout depuis la Pologne. En un an, la France a ainsi importé 30.000 tonnes d'œufs polonais. Ces œufs, qu'on ne trouve pas en rayons, servent à la production d'ovoproduits pour l'agroalimentaire.

À cause de la grippe aviaire, la France a perdu son rang de premier producteur d'œufs de l'Union européenne. La Pologne, qui a réussi à se protéger du virus et bénéficie également d'importations ukrainiennes, est, elle, devenue le premier fournisseur, devant l'Espagne.

L'augmentation du prix des œufs s'expliquent également par la flambée des prix de l'énergie. L'alimentation des poules représente 60% du prix, et les charges, comme l'électricité, pèsent pour 40%. Ainsi, en moyenne, au supermarché, il faut désormais débourser 4,04€ pour des 12 œufs bio, 3,02€ pour du plein air, 3,03€ pour une production au sol et 1,90€ en cage.


F.R

Tout
TF1 Info