Inflation : les prix s'envolent

Inflation : quels sont les produits et services qui plombent le plus votre pouvoir d'achat ?

Thomas Deszpot
Publié le 25 juin 2022 à 18h07
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'Insee observe de près l'évolution de l'inflation en France et vient de publier une note de conjoncture qui permet de mieux la comprendre.
Les prix de l'énergie, des transports ou de produits alimentaires notamment ont connu des hausses significatives.
Les Français vivant en milieu rural sont davantage touchés que les urbains.

Dans la vie de tous les jours, il est impossible de ne pas l'avoir remarqué : les prix ont augmenté, dans de multiples secteurs, à l'inverse du pouvoir d'achat qui recule. Un constat que les chiffres officiels fournis par l'Insee confirment mois après mois, et que l'institut de la statistique a développé dans une récente note de conjoncture. Un document qui permet d'analyser avec plus de précision la flambée des prix et de se projeter dans le futur.

L'énergie, un poste de dépense qui augmente massivement

Si nous ne disposons logiquement pas encore des chiffres relatifs au mois de juin, l'Insee note que "le glissement annuel des prix à la consommation a continué d’augmenter sensiblement ces derniers mois, pour atteindre 5,2% en mai 2022 (après 4,8% en avril)". Selon ses prévisions, "au cours des six prochains mois, l’inflation continuerait tout d’abord d’augmenter [...] avant de se stabiliser [...] en fin d’année". En moyenne, explique l'institut, l’inflation "s’élèverait à 5,5% en 2022, après 1,6% en 2021".

Lire aussi

Sans surprise, "la principale contribution à l’inflation reste celle de l’énergie (2,2 points de pourcentage en mai)", même si "elle est relativement stable depuis mars". En marge du conflit en Ukraine, les produits pétroliers sont évidement concernés, ce que les automobilistes ont rapidement observé en allant faire le plein au cours des derniers mois. Le tableau qui suit permet par ailleurs de visualiser que d'autres biens et services ont connu des hausses majeures.

Alors que les services et produits de santé voient leur prix légèrement reculer, les denrées alimentaires sont elles à la hausse, tant pour les produits frais que pour les autres. "Les prix des produits alimentaires et manufacturés ont [...] continué d’accélérer, en répercussion des hausses passées des prix de production", observe l'Insee, "tandis que l’inflation dans les services a poursuivi sa dynamique, notamment dans le sillage des revalorisations récentes du Smic".  

Les mesures gouvernementales telles que le bouclier tarifaire ont été étudiées par l'institut, qui a cherché à en évaluer l'impact. "L’effet combiné des différents dispositifs se serait élevé à 1,5 point en avril et 2,0 points en mai", apprend-on, si bien qu'en "l’absence de mesures, l’inflation se serait située en mai à plus de 7% sur un an (contre 5,2% observé)".

Des inégalités territoriales

Parmi les autres enseignements de ce document, on peut retenir que tous les Français ne sont pas égaux face à l'inflation. "Selon leurs dépenses d’énergie et d’alimentation, certaines catégories de ménages sont exposées à une inflation apparente

pouvant différer de plus d’un point par rapport à la moyenne", écrit l'Insee. Le poids des dépenses d’énergie du logement, par exemple, "tend à augmenter avec l’âge". Dans le même temps, "les ménages ouvriers ou employés [...] dépensent davantage en proportion de leur revenu pour le logement (hors énergie) mais moins que les cadres en hébergement restauration". 

Hausse des prix : ce que vous coûte vraiment l'inflation selon 60 millions de consommateursSource : JT 20h Semaine
JT Perso

Ce n'est ici pas la seule disparité, puisque "les habitants des zones rurales ont quant à eux davantage de dépenses de carburant et d’énergie du logement", en comparaison avec ceux qui résident dans des aires urbaines. De manière très concrète, "en avril 2022, les écarts entre catégories" ont pu "atteindre plus d’un point selon la catégorie socio-professionnelle, l’âge ou encore le type de commune de résidence".

Si les prévisions de l'Insee permettent de se projeter dans l'avenir et seront à n'en pas douter observées de près par le gouvernement, il convient de rappeler qu'elles ne permettent pas de prédire avec exactitude la situation dans les mois à venir. En effet, les calculs sont réalisés à partir d'estimations, sujettes à des variations notables. Il en va notamment des prix de l'énergie ou des matières premières, à commencer par le pétrole.


Thomas Deszpot

Tout
TF1 Info