Inflation : les prix s'envolent

L'impossible sobriété énergétique : la grande injustice du chauffage collectif

TF1info | Reportage : Gwenaëlle Bellec, Caroline Blanquart, et Corinne Chevreton
Publié le 5 novembre 2022 à 13h45
JT Perso

Source : JT 20h WE

Dans certaines copropriétés, il est difficile de faire des économies de chauffage.
La vétusté condamne leurs habitants à des factures élevées, malgré leurs efforts.

Dans le quartier de la Défense, la plupart des tours d’habitation datent du début des années 1970. Aucune isolation, et des appartements en simple vitrage. Dans l'immeuble difficile à chauffer visité par notre équipe, on compte plus de 300 copropriétaires. Une seule chaufferie, qui fournit l’eau chaude et le chauffage pour tous les résidents, comme on le voit dans le reportage en tête de cet article. Les dépenses ont explosé, dépassant les moyens des petits propriétaires, désormais endettés vis-à-vis du chauffagiste.

Impossible d'économiser à échelle individuelle

La crise énergétique a tendu les relations : le syndic menace de couper le chauffage, ce qui ne s'est jamais produit jusqu'à présent. En parcourant les étages, les copropriétaires nous permettent de mieux comprendre les problématiques individuelles : en fait, ils n’ont la main sur rien du tout. Un habitant du 32ᵉ étage nous explique qu'il a changé ses vitres pour du double-vitrage... et que pourtant cela ne lui permet pas de faire des économies. Pour cela, il faudrait que "toute la tour fasse l'effort de changer les fenêtres pour pouvoir baisser le chauffage pour tout le monde", soupire-t-il, "sinon certains auraient trop froid".

Dans son appartement, il ne peut même pas éteindre, ni régler son radiateur. "L'hiver, je peux être en petit t-shirt dans l'appartement sans problème", sourit-il, contrairement aux appartements en simple vitrage, mais il ne peut pas agir sur la température, ni faire d'économies.

Lire aussi

La France compte cinq millions de copropriétés, certaines avec les possibilités de régler leur radiateur, d’autres avec des différences de températures selon les étages à cause de chaudières vétustes. Respecter les 19 degrés préconisés par le gouvernement pour faire face à la crise énergétique qui s'annonce, pourrait se révéler un casse-tête pour beaucoup.


TF1info | Reportage : Gwenaëlle Bellec, Caroline Blanquart, et Corinne Chevreton

Tout
TF1 Info