Caves, jardins, piscines… Vos espaces privés peuvent rapporter gros

Geoffrey LOPES
Publié le 1 octobre 2021 à 17h28
Illustration d'une maison avec piscine.

Illustration d'une maison avec piscine.

Source : Seth Weisfeld @ Unsplash

MODE D'EMPLOI - De nombreuses plateformes collaboratives vous propose de mettre à profit certains endroits de votre domicile. Ces espaces intérieurs ou extérieurs, non habitables, complètent vos revenus, remboursent vos emprunts ou vos frais d’entretien. Prenez néanmoins quelques précautions avant de vous lancer.

Un jardin luxuriant, une piscine ensoleillée, une cave protégée… Autant d'atouts que vous pouvez désormais louer à la découpe sur différentes plateformes collaboratives. Objectif, rentabiliser vos espaces non habitables en les mettant à disposition de profils variés. Contrairement à une location de logement entier, vous n’aurez rien à préparer et très peu de temps à consacrer à l’organisation.

L’économie de partage a le vent en poupe. En Europe, selon le cabinet de conseil "Price Waterhouse Cooper", le montant total des transactions entre particuliers pourrait même atteindre 570 milliards d’euro d’ici à 2025. Aujourd’hui, d’après une estimation de l'association "60 millions de consommateurs", plus de 500 000 ménages français louent déjà leur maison, entière ou partiellement, en tourisme meublé directement ou via des plateformes dédiées. Tant qu’il s’agit de votre résidence principale, vous pouvez tout louer à condition de respecter certaines règles et de veiller à rester couvert par votre assurance habitation, responsabilité civile ou par un système de garantie proposée par la plateforme à qui vous confiez votre espace. Chacun fixe librement son prix et les plateformes prélèvent de 15 à 20% de la somme encaissée par le loueur. Définissez enfin à l’avance une caution à demander à vos loueurs que vous encaisserez en cas de dommage.

Que dit la loi ?

D’abord, rappelons qu'il faut que vous soyez propriétaire pour pouvoir louer. S’il s’agit d’une partie de votre résidence principale, vous pourrez la louer toute l’année. Si vous choisissez de louer votre logement entier, vous ne pourrez pas dépasser 120 nuitées par an sous peine d’une amende pouvant atteindre 50 000 euros, comme le fixe la loi Elan. Ensuite, vous devez enregistrer votre location en mairie et déclarer tous vos revenus complémentaires dès le premier euro encaissé. Sachez que les plateformes collaboratives, proposant des maisons, voitures ou services en tout genre, sont tenues de partager à l’administration fiscale les recettes que vous percevez. En l’occurrence, même si vous omettez de le faire, les impôts disposeront de cette information.

Comment déclarer ? Plusieurs solutions s’offrent à vous : utilisez le statut de travailleur indépendant ou optez pour le régime général en déclarant vos recettes "économie collaborative" directement sur le site de l’Urssaf. Si vous choisissez le statut de micro-autoentrepreneur, avec le régime "micro-BIC", vous n’avez qu’à déclarer les revenus bruts perçus (revenus nets + frais et charges prélevées par les plateformes).

Louer votre cave pour stocker

Les caves se louent depuis déjà quelques années. À Paris, par exemple, la demande double chaque année. En centre-ville de grandes métropoles où l’espace de stockage se fait rare, le prix du mètre carré des caves oscille entre 20 et 40 euros. En périphérie, vous pourrez en trouver à 5 euros le M². Plusieurs plateformes proposent des caves partout en France de 20 à 150 euros par mois. Elles vous imposent de nettoyer de fond en comble votre espace et vous demandent de cloisonner la pièce.

Votre jardin pour rester loin de l’agitation

Votre jardin peut également vous aider à arrondir vos fins de mois. Vue apaisante sur les montagnes, balançoires pour occuper des enfants, barbecue prêt à l’emploi, étang plein de poissons, jardinière colorée et garnie… Plus votre jardin comportera d’atouts, mieux il se monnayera. En moyenne, on en trouve à 150 euros la journée, sans compter les frais d’entretien pouvant s’élever à 200 euros. Vous débusquerez par exemple un jardin fleuri avec une vue panoramique sur les massifs alpins à 750 euros la journée.

Votre piscine pour se rafraichir

10 000 piscines françaises vous attendent déjà sur les plateformes collaboratives. Creusées ou bétonnées, il s’agit de bassins qui permettent de développer au moins 2 ou 3 brasses. Celles qui se trouvent aux abords des grandes villes ont la cote et font le bonheur des plateformes ayant opté pour les locations de grands bains. Elles se louent généralement entre 100 et 120 euros... la journée ! À noter que certaines plateformes assurent elles-mêmes les piscines mises à disposition par leurs soins.

Afficher de la publicité sur sa façade

Autre possibilité s’offre à vous : louer sa façade à des fins commerciales. Si votre façade longe une route ou si un panneau "stop" oblige des centaines d’automobilistes à s’arrêter quotidiennement, proposez-la à un afficheur de panneau publicitaire. En fonction de la taille de la ville, de la fréquentation de l’axe et de la visibilité du dispositif, vous récolteriez entre plusieurs centaines et plusieurs milliers d’euros par an.

Les toits rentables

Les toits ne manquent pas à l’appel. Ils servent d’antenne relais aux opérateurs qui sollicitent les habitants de zones blanches sans réseau. Ils installent des antennes de plusieurs mètres sur des toits peu gênés par les arbres et proches d’un réseau électrique capable de les alimenter. Les opérateurs se tournent également vers les maisons ou immeubles de métropoles très peuplées. En centre-ville, les opérateurs proposent jusqu’à 15 000 euros par an.

La valeur sûre des parkings

Très demandées depuis de nombreuses années, les places de parking se négocient de plus en plus cher tant à l’achat qu’à la location. D’après une étude de la start-up Yespark spécialisée dans la place de stationnement, réalisée début 2019 sur 12 000 parkings privés en France, le prix moyen d’un parking s’élève à 83 euros par mois. Les villes manquant de place de stationnement sur la voie publique et qui subissent de forts loyers restent celles où les places de parking se rentabilisent le mieux. Paris occupe la première place du classement réalisé par Yespark avec une moyenne de 145 euros par mois.

Tout se loue. Les murs, les espaces, les toits, mais aussi les objets du quotidien. D’autres plateformes proposent vos perceuses (dont vous ne vous servez que 14 minutes par an en moyenne), vos tondeuses à gazon, voire même vos vêtements de gala pour d’importants évènements. La tendance visant à moins acheter et louer davantage des choses dont on ne se sert pas suffisamment se poursuit.


Geoffrey LOPES

Tout
TF1 Info