Pour donner une meilleure information au consommateur sur l'origine des produits alimentaires, le gouvernement veut déployer une nouvelle étiquette, "Origine-Info".
Celle-ci sera apposée sur les produits transformés et seules les marques volontaires y participeront.
Elle pourrait prendre la forme d'une jauge, indiquant l'origine des principaux ingrédients rentrant dans la composition.

Non, trop d'infos ne tue pas l'info, en tout cas pas quand il s'agit d'évoquer l'origine des produits alimentaires consommés par les Français. C'est le message délivré par la ministre déléguée à la Consommation Olivia Grégoire mercredi matin devant tout un panel d'acteurs (industriels, marque distributeurs, coopérative agricole, fédération de commerces, association de consommateurs, etc.) conviés à débattre d'un nouvel étiquetage indiquant l'origine des produits. Justifiant l'intérêt de cette démarche, la ministre a cité une enquête menée par le Collectif En Vérité et selon laquelle 86% des consommateurs jugent que l'affichage de l'origine des produits est important et décisif dans leur acte d'achat.

Ce nouvel indicateur, que le gouvernement espère voir déployé cet été, va finalement s'appeler "Origine-Info" et non "Origine Score" comme évoqué dans un premier temps. "Pour certains acteurs, la notion de score porte une forme de jugement de valeur, a rapporté Olivia Grégoire. Nous proposons une information neutre et objective sur l'origine des produits alimentaires, sans note et sans classement."

C'est quelque chose que le consommateur devra reconnaître au premier coup d'œil
Olivia Grégoire, ministre déléguée à la Consommation

Celle-ci ne concernera que les produits alimentaires transformés, à partir de deux ingrédients ; des labels existant déjà sur la viande, les fruits et les légumes. Elle pourrait prendre la forme d'une jauge indiquant, avec des pourcentages, la répartition géographique des ingrédients. "C'est quelque chose que le consommateur devra reconnaître au premier coup d'œil", poursuit la ministre.

Le collectif En Vérité avait partagé un logo qui a servi de base de travail. Le voici.

Voici le logo élaboré par le collectif En Vérité, point de départ des discussions.
Voici le logo élaboré par le collectif En Vérité, point de départ des discussions. - En vérité

Intégrer les boissons et l'alimentation pour animaux ?

Mais plusieurs éléments restent à définir, en concertation avec les acteurs du secteur : 

— Le logo sera-t-il sur l'emballage, devant ou derrière, ou simplement en ligne ? Les avis sont partagés, notamment pour les produits qui dépendant d'une saisonnalité et qui pourraient voir leur composition modifiée selon la saison.

— Seuls les ingrédients principaux seront indiqués, dit "primaires", mais reste encore à se mettre d'accord sur cette définition. 

— D'autres produits seront-ils concernés ? Les boissons et l'alimentation pour animaux pourraient également rejoindre Origine-Info.

La réflexion des parties prenantes doit aboutir d'ici au 1ᵉʳ mai, puis les différentes propositions de logos seront soumises à consultation des Français. L'indicateur devrait donc être visible dès cet été, du moins sur les sites de vente en ligne. "Cette information claire doit permettre au consommateur de faire les choix qu'il peut, à l'aune de son pouvoir d'achat, et qu'il veut, à l'aune de sa volonté", a insisté la ministre.

Cette démarche volontaire deviendra-t-elle obligatoire ? Le cadre français ne le permet pas et une telle décision ne peut relever que de Bruxelles. La France portera cette initiative l'année prochaine parmi ses partenaires européens.


Marianne ENAULT

Tout
TF1 Info