Une association regroupant 120 entreprises de transport frigorifique a prévenu, mardi, d’un risque de "ruptures sur les produits alimentaires".
Le manque de carburants pourrait empêcher l’approvisionnement des nombreux clients des entreprises de transport de produits frais et surgelés.

C’est un nouvel appel à l’aide à l’intention du gouvernement et des grévistes dans les raffineries de pétrole. Mardi 11 octobre, l’association La chaîne logistique du froid, fédérant près de 120 entreprises dans le secteur du transport frigorifique, a averti de plusieurs risques liés aux pénuries de carburant.

Une situation critique pour les professionnels du transport

Dans son communiqué, l’association explique que "les blocages des raffineries de pétrole en cours sur le territoire national confrontent les entreprises qui transportent des denrées périssables (...) à des difficultés grandissantes". En conséquence, elle estime qu’il existe des risques importants de "rupture de l'approvisionnement en produits frais et surgelés chez les clients des entreprises de transport". Des clients dont la nature est variée : industriels, grande distribution et spécialistes de la restauration.

Toujours selon l’association, qui déclare fédérer près de 120 entreprises, totalisant 50.000 salariés et 100.000 camions de transport frigorifique, la situation est critique en ce qui concerne les réserves de carburant pour les jours à venir. "Les réserves disponibles sont dans certains cas inférieures à une semaine", explique-t-elle. En ce qui concerne les transporteurs nécessitant un ravitaillement en station-service, ils sont "tributaires des stocks disponibles" dans ces derniers.

Plusieurs syndicats ont reconduit, ce mardi, les grèves dans des raffineries TotalEnergies et Esso-ExxonMobil, en dépit des pressions du gouvernement et d'un accord majoritaire sur les salaires signé chez Esso-ExxonMobil.


Dylan Veerasamy avec AFP

Tout
TF1 Info