Quatre choses à savoir sur Temu, ce site chinois d'e-commerce qui séduit les Français

Publié le 1 novembre 2023 à 19h14, mis à jour le 6 novembre 2023 à 11h52

Source : JT 20h WE

Filiale d’un groupe chinois, l’application Temu propose divers articles à des prix cassés.
Quitte à mener une politique agressive de vente et faire de l’ombre à Shein ou Amazon.
Quatre choses à savoir sur cette plateforme qui séduit tout en étant déjà controversée.

Produits de beauté, vêtements, équipements électroniques ou fournitures de bureaux, vous êtes garanti de trouver ce que vous cherchez sur Temu.com. Depuis son lancement aux États-Unis en 2022 et son implantation en France en avril dernier, la plateforme s’est donnée pour objectif de proposer une quantité illimitée de produits en tous genres, pour des prix dérisoires. 

L’application, société sœur du groupe chinois Pinduoduo (qui appartiennent toutes deux à PDD Holdings), est désormais accessible dans dix pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, ou l'Allemagne. Elle se vante de mettre "en relation les consommateurs avec des millions de vendeurs, de fabricants, et de marques du monde entier avec pour mission de leur offrir la possibilité de vivre une vie meilleure". Zoom sur ce site de shopping en ligne, qui attire et inquiète à la fois. 

Un phénomène incontournable...

Peu de temps après son arrivée en France, Temu a déjà conquis de nombreux consommateurs. Au mois de juin, le site pouvait ainsi se targuer d’avoir 9,5 millions de visiteurs uniques, d’après Médiamétrie. En octobre, Temu est même devenue l’application gratuite la plus téléchargée de l’AppStore, comme TF1info a pu le constater. C’est que les consommateurs français sont friands de ce genre d’offres et "passent toujours plus de temps sur des applis shopping et continuent de les télécharger de manière constante et régulière", décrypte le site data.ai. Le succès de Temu en France, aux côtés de Shein qui propose seulement des vêtements ou d’Amazon à qui il fait directement concurrence, serait donc tout vu. 

Temu, première application gratuite téléchargée devant Telegram et Google sur l'AppStore français
Temu, première application gratuite téléchargée devant Telegram et Google sur l'AppStore français - AppStore

... Grâce à des prix imbattables

La plateforme, qui s’est trouvé pour slogan "Shop like a billionnaire" ("achète comme un millionnaire"), a pour atout principal de proposer des tarifs dérisoires. On peut y trouver pêle-mêle une brosse à chaussures à 2,09 euros, une cagoule en polaire à 2,18 euros ou encore un affuteur de couteaux à 2,24 euros. Pour proposer de telles promotions, Temu ne s’appuie pas sur des détaillants, mais met directement en lien les consommateurs et les intermédiaires, selon USA Today. Aussi, la plupart des fournisseurs de la plateforme se trouvent en Chine, d’où sont produits et expédiés les colis. 

Dans une étude publiée en octobre, l’association belge Test-achats constate un "risque de pression d’achats" par des techniques de ventes très agressives. L’association de protection des consommateurs recense notamment de "nombreuses réductions très (trop) alléchantes" ou la "présence d’un compte à rebours pendant vos achats" qui indiquerait la fin des promotions en cours.

Sur son site, Temu propose en continu des promotions appelées "vente flash" sur un temps réduit
Sur son site, Temu propose en continu des promotions appelées "vente flash" sur un temps réduit - Temu

Des problèmes d'éthique

Avec un tel succès, l’application Temu ne pouvait passer longtemps sous les radars. La commission américaine sur le parti communiste chinois a d’ailleurs mené l’enquête sur les pratiques de Temu et de Shein. Ses conclusions, publiées en juillet, soupçonnent des approvisionnements en coton dans le Xinjiang, cette région de Chine où des Ouïghours sont exploités. La commission s’inquiète que la marque Temu n’interdise pas de manière explicite à ses vendeurs tiers de commercialiser des produits venant du Xinjiang. Au-delà des soupçons de travail forcé, la plateforme est également accusée de vendre des produits de piètre qualité. 

En analysant 28 commandes sur le site, Test-achats constate qu’à l’instar d’Aliexpress, Wish ou Shein, "la qualité est souvent insuffisante, tout comme la sécurité des produits qui ne répondent souvent pas aux normes européennes" et que "le risque d’acheter des contrefaçons de marques est très important". Trustpilot, un site danois collectant des avis d'entreprises du monde entier, lui accorde ainsi une note de 3,3 sur 5 étoiles. "Une vraie arnaque", résume une cliente fin octobre. 

Et des soupçons d'espionnage

Ajouté à cela, la plateforme est épinglée pour des soupçons de vols de données et d’espionnage. Sur TikTok, une internaute américaine a expliqué en aout s'être fait voler ses données bancaires suite à une commande sur Temu. Dans une vidéo vue depuis plus de 12 millions de fois, la jeune femme raconte avoir été prélevée de 400 dollars et demande à ses abonnés de ne plus acheter sur le site. 

"Comme d'autres applications grand public, Temu recueille des informations personnelles auprès de ses utilisateurs afin de fournir des services et d'améliorer l'expérience client", réagit la société auprès de TF1info, ajoutant que "ceci est conforme aux pratiques de l'industrie". Mais des soupçons pèsent sur Pinduoduo, société sœur de Temu. D’après une enquête de CNN, le groupe chinois avait réussi à entrer dans les appareils Android grâce à un logiciel espion et accéder aux données des propriétaires. Pinduoduo n’est désormais plus accessible sur le Play Store, après une décision de Google en mars dernier.


Caroline QUEVRAIN

Tout
TF1 Info