Le 20h

Crainte d'une pénurie de jouets à Noël : faut-il déjà faire ses cadeaux ?

LT
Publié le 13 septembre 2021 à 16h44
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

ACHATS – Prix des matières premières en hausse, usines fermées, transports saturés... Les jouets de Noël s'annoncent un peu plus chers cette année et un risque de pénurie n'est pas à écarter. On vous explique.

Dans le magasin de jouets parisien où se rend TF1 dans le reportage ci-dessus, certains articles manquent à l’appel. Malgré les commandes réalisées, la boutique ne les a jamais reçus. "Aujourd’hui, il nous manque 20% des produits en magasin. Ce sont principalement des figurines, des voitures, des poupées, des produits qui viennent essentiellement de Chine", affirme Maxime Bonati, le directeur adjoint du magasin. 

Les raisons sont multiples. En Asie, l’épidémie ralentit toujours l’activité des fabricants. Pour les spécialistes du jouet, c’est une mauvaise nouvelle à trois mois des fêtes de fin d’année. Dans ce magasin parisien, ce seront environ 300 produits qui ne seront pas disponibles à Noël. Ils arriveront plus tard, espère le directeur général de l’enseigne. 

Seconde raison, l’activité des ports est au ralenti en Chine, toujours à cause de la pandémie. La France pourrait donc connaître une pénurie de jouets à Noël. "Si la situation perdure telle qu’elle est aujourd’hui, il n’y aura pas les jouets que l’on veut pour tout le monde. C’est pour ça qu’on préconise d’anticiper, autant que faire se peut, les achats de Noël", recommande l’analyste Lucie Dubois dans le reportage de TF1 en tête de cet article. 

Plus rares mais aussi plus chers

Les jouets seront donc plus rares, mais aussi plus chers. En cause, l’envolée des coûts d’approvisionnement. Avant la pandémie, le transport d’un conteneur était facturé 3000 euros. Il atteint aujourd’hui les 17.000 euros. Les fabricants risquent donc très certainement de répercuter cette hausse sur le prix des jouets. 

Lire aussi

"Il y a des fabricants dont les tarifs sont en train d’être discutés. Pour certains, c’est une partie de la gamme ou l’ensemble de la gamme qui vont être proposés à la hausse", se désole Franck Mathais, porte-parole d’une autre enseigne de jouets. À quelques semaines des premiers achats de Noël, l’enjeu pour les magasins sera de limiter cette augmentation. 


LT

Tout
TF1 Info