Une nouveauté va apparaître à partir du 1er juillet 2024 dans les supermarchés, selon un arrêté publié au Journal officiel ce samedi.
Pour lutter contre la "shrinkflation", les distributeurs devront déployer des affichettes dans les rayons.
Ce procédé, utilisé par certaines marques, consiste à baisser la quantité d'un produit sans diminuer son prix.

Les marques ayant réduit les quantités de leur produit sans modifier leur prix bientôt ciblées dans les supermarchés. À compter du 1er juillet 2024, le gouvernement va obliger les enseignes à apposer une affichette alertant les consommateurs d'une réduction des quantités d'un produit à prix inchangé. Cette annonce faite en avril par la ministre déléguée au commerce Olivia Grégoire, interrogée par Ouest-France, est concrétisée sous la forme d'un arrêté ministériel publié au Journal officiel ce samedi. 

"À partir du 1ᵉʳ juillet, quand des produits seront 'shrinkflatés'", terme utilisé pour désigner ce procédé, "il y aura une affichette dans le rayon", avait indiqué Olivia Grégoire dans cet entretien. Cette mesure sera mise en place "durant deux mois", a précisé la ministre. Elle concernera "tous les produits industriels alimentaires et non alimentaires, de marque nationale ou de marque de distributeur", ajoute Bercy dans un communiqué.

L'arrêté publié samedi "prévoit pour les produits de grande consommation préemballés à quantité nominale constante qui ont subi une modification de poids ou de volume à la baisse une obligation spécifique d'information des consommateurs par les principaux acteurs de la distribution de détail à prédominance alimentaire, portant sur l'indication de la diminution de la quantité vendue et l'évolution à la hausse du prix du produit ramené à l'unité de mesure". Cela concerne par conséquent les denrées alimentaires, mais aussi les produits non alimentaires commercialisés dans une quantité constante. 

Les distributeurs pas emballés

En cas de manquements, les distributeurs "seront passibles d'une amende administrative dont le montant pourra atteindre 3000 euros pour une personne physique et 15 000 euros pour une personne morale", détaille l'arrêté.

Le contenu de l'affichette a, lui aussi, été dévoilé. L'inscription "pour ce produit, la quantité vendue est passée de X à Y et son prix au kilo, gramme ou litre a augmenté de X% ou X€" va ainsi fleurir dans les rayons. 

Ces derniers mois, de nombreuses marques ont été épinglées pour avoir réduit les quantités vendues sans baisser les prix. C'est notamment le cas du distributeur Carrefour, qui a réduit drastiquement les quantités de ses légumes "premiers prix" pour rester sous les 1 euro, rappelait en décembre le média 60 millions de consommateurs, évoquant le passage de trois à deux salades ou la réduction d'un tiers du filet de pommes de terre.

Cette décision du gouvernement est loin de susciter l'enthousiasme des concernés. "Si un décret sort, nous le respecterons et l'appliquerons, mais nous le regrettons", avait indiqué en janvier le patron du quatrième distributeur français, Système U, Dominique Schelcher"C'est l'industriel qui sait que son emballage a baissé, que la recette a été remise en cause", a-t-il indiqué, craignant "une perte de temps" pour les équipes en magasin.

Sur ce point, Olivia Grégoire a d'ailleurs souligné qu'elle souhaitait que cette obligation incombe, à l'avenir, aux industriels plutôt qu'aux distributeurs, le tout grâce à un mécanisme européen. La ministre souhaite en ce sens une "révision des règles de l'information du consommateur sur les denrées alimentaires en Europe en 2025".


I.N avec AFP

Tout
TF1 Info