Vaut-il mieux ouvrir un PEL ou un CEL en 2024 ?

par Victor LEFEBVRE pour TF1 INFO
Publié le 22 janvier 2024 à 8h00

Source : JT 20h Semaine

Les taux d’intérêts continuent d’augmenter en 2024 et le marché immobilier reste tendu.
Dans ce contexte, obtenir un prêt épargne logement (PEL) à un taux avantageux peut être décisif.
Pour cela, on peut passer par la souscription d’un PEL ou d’un Compte épargne logement (CEL) selon son profil.

Hausse des taux, pénurie d'offres, nouvelles règles énergétiques, coût des matières premières… Le marché de l’immobilier connaît des bouleversements depuis quelques années. En conséquence, des mesures ont été prises par les pouvoirs publics pour faciliter l’accès des Français à la propriété. La rémunération du Plan épargne logement (PEL) a notamment été relevée à 2,25 % en 2024. Il dépasse ainsi celui du Compte épargne logement (CEL), qui demeure à 2 %. Ces deux produits d’épargne réglementée se différencient cependant par d’autres éléments que leur taux, à prendre en compte avant d’opter pour l’un ou pour l’autre.

Comment fonctionnent le PEL et le CEL ?

Cette logique se retrouve aussi dans l’usage qui peut être fait des sommes déposées et dans les conditions d’obtention d’un prêt épargne logement. L’argent placé sur un PEL est bloqué pendant quatre ans. Un retrait anticipé entraînera sa clôture. Selon la date du retrait anticipé, le droit à un prêt peut être supprimé, son montant réduit ou les intérêts diminués. Sur un CEL, les retraits sont libres tant que le solde reste au minimum de 300 euros. En revanche, le prêt consenti est bien plus intéressant lorsque vous êtes titulaire d’un PEL. Il peut alors atteindre un plafond de 92 000 euros à 1 % sur deux à quinze ans. Les titulaires d’un CEL pourront demander un prêt épargne logement au bout de seulement dix-huit mois au lieu de quatre ans. Il sera cependant limité à 23.000 euros, avec un taux d’intérêt à 2 %.

Obtenir un prêt épargne logement

Un tel prêt ne peut servir qu’à financer l'achat ou la construction de sa résidence principale (ou secondaire si elle est neuve), ainsi que certains travaux d'amélioration, d'extension ou de réparation. Alors qu’en moyenne, les prêts immobiliers sur 20 ans se négocient actuellement autour de 4,5 %, on comprend bien quel peut être l’intérêt d’un tel placement. Une personne qui n’envisage pas d’acheter dans l’immédiat et peut épargner régulièrement, préférera généralement un PEL, tandis que ceux qui recherchent la flexibilité avant tout opteront plutôt pour un CEL. À noter qu’il est possible de cumuler les deux produits, mais pas dans la même banque.


Victor LEFEBVRE pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info