Agriculteurs en colère : comment les soutenir jusque dans nos achats ?

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Léa Kebdani, Julien Roux et Charlotte Gerbelot
Publié le 26 janvier 2024 à 17h22

Source : JT 13h Semaine

L'une des particularités de la mobilisation des agriculteurs, c'est qu'elle emporte l'adhésion des Français.
Près de neuf sur dix disent soutenir le mouvement.
Mais dans les achats, comment ce soutien se traduit-il concrètement ?

Quand il s'agit de soutenir le mouvement des agriculteurs, vous êtes plutôt unanimes. "Ils ne sont pas assez payés par rapport au travail qu'ils font", lancent certaines personnes interrogées. Et dans vos paniers, les Français les soutiennent-ils toujours ? "J'essaie toujours d'acheter français, sauf quand je vois les prix. Effectivement, il y a une différence", confie une passante. 

En cette période d'inflation, difficile de renoncer à des prix moins chers. Ce vendredi matin, si vous voulez des tomates cerise françaises par exemple, il fallait dépenser 1,10 euro de plus que pour celles du Maroc. Les quatre kiwis jaunes passent de 2,60 euros pour les Italiens à 4,59 euros les Français.

Bruno Le Maire dénonce des "infractions" à la loi Egalim de la part d'industriels et de distributeurs

Dans les autres rayons, ce n'est pas toujours facile de s'y retrouver. Pourtant, certains produits affichent clairement leur soutien aux producteurs en promettant une rémunération plus juste. Mais là encore, il faut être prêt à payer un peu plus cher. Un pack de lait, par exemple, coûte 50 centimes de plus que le pack d'une grande marque industrielle. Pour le syndicat agricole, c'est le prix à payer pour un secteur en bonne santé.

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a indiqué vendredi lors d'un point presse avoir relevé "un certain nombre d'infractions" à la loi Egalim, qui ont une incidence sur les revenus des agriculteurs, de la part "des industriels" et "de certains distributeurs" : "Dès la semaine prochaine, j'enverrai à tous les industriels et à tous les distributeurs qui sont en infraction des injonctions de se conformer à la loi. Je ne leur laisserai que quelques jours pour se conformer strictement et rigoureusement à la loi", a ajouté le ministre, à l'issue d'une réunion de suivi sur les négociations commerciales entre la grande distribution et ses fournisseurs.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Léa Kebdani, Julien Roux et Charlotte Gerbelot

Tout
TF1 Info