Le 20h

VIDÉO - Black Friday : alerte sur les contrefaçons, comment ne pas se faire avoir ?

Virginie Fauroux | Reportage TF1 Florence De Juvigny et Philippe Véron
Publié le 23 novembre 2022 à 12h39, mis à jour le 25 novembre 2022 à 10h31
JT Perso

Source : Le JT

Avec le Black Friday, les douanes et les fabricants alertent sur les contrefaçons qui fleurissent çà et là.
De nombreux produits proposés à des prix très attractifs sont en fait des faux.
Voici ce qu'il faut savoir pour éviter le piège.

Les douaniers sont aux aguets. En pleine période du Black Friday, les promotions commerciales sont alléchantes et certaines plus que d'autres, notamment sur internet. Il s'agit donc de vérifier que des consommateurs ne se sont pas fait abuser en achetant des contrefaçons. Tout commence dans les grands centres de traitement, comme à Roissy, en région parisienne, où transitent tous les colis postaux venus de l'étranger. 

"On regarde ce qui est déclaré dessus, si ça correspond plus ou moins à ce que je sens, au poids. Avec l'expérience, on sait plus ou moins ce qu'il y a dedans", explique Sonia, douanière, dans la vidéo du JT de 20H de TF1 en tête de cet article. Ces agents recherchent principalement des faux, des imitations souvent venues d'Asie, et rarement aux normes. 

5% des produits importés dans l'UE sont des contrefaçons

Une odeur d'insecticide les met soudainement en alerte. À l'ouverture du colis, les douaniers découvrent des baskets censées coûter plus de 500 euros. Tandis qu'une autre paire n'a tout bonnement pas de boîte. "Vous allez recevoir vos belles chaussures qui valent, on va dire, 200 euros, dans un simple sachet ?", interroge la douanière. La contrefaçon tient parfois à une mauvaise couture, une asymétrie. Pour les découvrir, chaque marque fournit aux douanes des repères. "On ne peut pas trop en dire parce que c'est confidentiel, mais c'est une histoire de codes, de disposition, de quadrillage", souligne Nabil, douanier.

5% des produits importés dans l'Union européenne sont des contrefaçons. Et ce marché est exponentiel. "La douane, en 2021, a saisi plus de neuf millions d'articles qu'elle a retirés du marché, comparés à l'année précédente où c'était 5,6 millions", avance Audrey Noiret, secrétaire générale internationale à la Direction interrégionale des douanes de Paris-Aéroports (DIPA).

De l'urine animale en guise de conservateur

Quels sont les risques pour le consommateur ? Réponse au musée de la contrefaçon à Paris, créé par l'Union des fabricants (Unifab), une association engagée dans la lutte contre le commerce de ces produits. Y sont exposés plusieurs centaines de faux, allant des plus grandes marques de luxe jusqu’aux produits du quotidien. Là, la peinture des aiguilles d'une montre est radioactive ; ici, une poupée perd ses cheveux et c'est un risque d'étouffement pour un enfant. Et dans ces faux parfums, on trouve de l'urine animale en guise de conservateur. Dans un tiers des cas, le consommateur ne sait pas qu'il achète une imitation. 

Lire aussi

Pour ne pas se faire avoir, "il faut vérifier si on achète bien sur le site officiel de la marque, ou chez un distributeur agréé. Si vous achetez entre particulier, il faut exiger une facture", conseille Delphine Sarfati-Sobreira, directrice générale de l'Union des fabricants. Ce commerce entraîne, selon l'Unifab, la perte de 6,7 milliards d'euros par an de ventes directes en France. Cela représente "1,34 milliard d'euros d'impôts perdus et 38.000 emplois supprimés chaque année". Les douanes, quant à elles, ont édité un guide "spécial Black Friday" pour se prémunir des contrefaçons vendues en ligne.

Si vous découvrez qu'un achat est une contrefaçon, n'utilisez pas le produit, renvoyez-le au vendeur et portez plainte. Vous pouvez aussi signaler en quelques clics cette entreprise sur la plate-forme Signal Conso. Le professionnel et la DGCCRF en seront automatiquement alertés.


Virginie Fauroux | Reportage TF1 Florence De Juvigny et Philippe Véron

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info