Promis, débattu, abandonné… le chèque alimentaire est-il de retour ?

par Sabine BOUCHOUL | Chronique : Maud DESCAMPS
Publié le 12 février 2024 à 10h07

Source : Bonjour !

C'était une promesse du candidat Emmanuel Macron en 2022, enterrée par Bruno Le Maire quelques mois plus tard.
D'une centaine d'euros, le chèque alimentaire fait son retour et pourrait aider dix millions de ménages.
Maud Descamps nous éclaire sur ce coup de pouce financier dans Bonjour ! La Matinale TF1.

Les discussions autour du chèque alimentaire reviennent sur la table. C’était une promesse d’Emmanuel Macron en 2022, alors candidat à sa propre réélection, pour aider les foyers les plus précaires à faire leur course. Le projet avait été annoncé, modifié, débattu, puis abandonné, car trop difficile à mettre en place. "Oublions les politiques de chèques, nous n’en avons pas les moyens aujourd’hui", avait d’ailleurs déclaré le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire. Il fait son retour par le biais d’un député qui en propose une version plus moderne. Maud Descamps nous explique tout dans Bonjour ! La Matinale TF1

Adieu le chèque, voici la carte alimentaire

Le député socialiste de la Mayenne Guillaume Garot, ancien ministre délégué à l’Agro-alimentaire sous François Hollande, propose non pas un chèque, mais une carte alimentaire. Baptisée "carte alimentaire durable", elle fonctionnerait comme une carte de paiement et permettrait d’acheter des produits agricoles locaux. Elle serait créditée chaque mois, en fonction des revenus des foyers. Le montant de la carte n’est pas connu ni les conditions d’attribution.   

Une meilleure alimentation pour les Français

Avec l’inflation, beaucoup de ménages font l’impasse sur certains produits alimentaires. Selon le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc), 1/3 des Français déclarent manger tous les aliments qu’ils veulent contre la moitié en 2016. Parmi les aliments qu’on enlève du panier, il y a la viande, les fruits et légumes, les produits frais, mais aussi les produits de grandes marques. Pire, aujourd’hui, 1 français sur 6 déclare ne pas manger à sa faim, soit 10 millions de personnes. 

Par ailleurs, manger sain coûte cher. Les prix ont augmenté de 20% en deux ans. Parmi les produits qui ont beaucoup augmenté, on trouve par exemple les pommes de terre (+ 25%), le riz ou encore les bananes. Ce chèque alimentaire serait donc un coup de pouce pour les ménages, une manière de les guider vers des produits sains, frais et non transformés, mais aussi un moyen de les tourner vers des produits agricoles français. Une pierre, trois coups. La proposition de loi baptisée "Territoires Zéro Faim" sera débattue à l’Assemblée nationale le 29 février.


Sabine BOUCHOUL | Chronique : Maud DESCAMPS

Tout
TF1 Info