Les substituts végétaux en passe de s’imposer face à la viande ?

par Sabine BOUCHOUL | Chronique Maud DESCAMPS
Publié le 28 février 2024 à 10h16

Source : Bonjour !

Une alerte rouge est lancée pour le marché de la saucisse et du pâté.
Les industriels de l'agro-alimentaire revoient leur gamme de produits pour proposer plus d'alternatives végétales.
On fait le point avec Maud Descamps dans Bonjour ! La Matinale TF1.

Les saucisses et les pâtés de viande sont-ils voués à disparaître des rayons de nos supermarchés ? Les grandes marques affirment que pour la première fois, ce sont leurs alternatives végétales qui se vendent mieux. Elles ajoutent que dans les prochaines années, elles pourraient même devenir majoritaires, si bien qu’elles doivent changer leur stratégie de vente et revoir leur gamme de produits. Explication de Maud Descamps dans Bonjour ! La Matinale TF1. 

Le végétal, c’est l’avenir ?

Exit le pâté de canard ou des saucisses cocktails. À l’heure de l’apéro, de plus en plus de Français troquent la charcuterie traditionnelle pour des tartinades végétales : bruschetta de tomates séchées, caviar d’aubergine, guacamole ou tapenade d’olives vertes ! Quand on sait que 69 % des Français prennent l’apéritif au moins une fois par semaine, selon Appinio/LSA, il existe un véritable marché pour l’agroalimentaire. Ce n’est donc guère pas une surprise de croiser de plus en plus de produits végétaux dans les étals des supermarchés.

Exit le "steak de soja" et la "saucisse de pois chiche"

La "viande végane" connaît un engouement qui ne faiblit pas. D’ailleurs, selon Bloomberg, le marché des substituts aux protéines animales (viande et lait) est supérieur à 26 milliards d’euros et pourrait dépasser les 140 milliards d’ici à 2030.

Effectivement, on trouve de plus en plus de produits imitant la viande sous les appellations "escalope végétale", "saucisses de pois chiche" ou encore "steak de soja". C’est fini. En effet, un décret publié ce mardi 27 février interdit d’appeler steak, escalope ou jambon des produits qui ne sont pas d’origine animale. Ainsi, toute référence à la morphologie ou l’anatomie de l’animal est réservée aux produits qui contiennent des protéines animales. Toutefois, ce décret ne s’applique uniquement qu'aux produits français. 

Les substituts aux protéines animales sont-ils meilleurs pour la santé ?

Manger moins de viande à un véritable impact sur l’environnement. "Nous pourrions réduire l’impact de notre alimentation sur la planète de 30 % à 40 % en augmentant notre consommation de fruits et légumes de 350 à 500 grammes par jour, et en réduisant celle des viandes, poissons et œufs de 140 à 90 grammes, et surtout de la viande rouge", expliquait Nicole Darmon de l’INRAE à nos confrères de Geo.fr. Mais pour les amoureux de viande qui souhaitent réduire leur consommation, les alternatives aux substituts aux protéines animales ne sont pas forcément bonnes pour la santé, car malgré tout, ces nouveaux produits industriels sont des aliments ultratransformés. Pour ne pas se tromper, les diététiciens préconisent de choisir des produits végétaux dont la liste des ingrédients est la plus courte possible.


Sabine BOUCHOUL | Chronique Maud DESCAMPS

Tout
TF1 Info