Les conséquences de la pénurie de carburant se font aussi sentir dans les stations balnéaires.
Prudents avec leur consommation d'essence, les touristes préfèrent différer leurs escapades.
En Normandie, les hôteliers ont ainsi enregistré de nombreuses annulations.

À l'heure du petit déjeuner sur le vieux bassin d'Honfleur (Calvados), les touristes arrivés la veille, savourent enfin. "On a pris les devants", explique l'un d'entre eux, "et on a mis du carburant jeudi ou vendredi". Un autre ne voulait vraiment pas rater son weekend en amoureux, et a encore plus anticipé : "Depuis 15 jours, j'avais fait le plein", sourit-il. La crise des carburants est un souci qui a découragé bon nombre de visiteurs. 

Les annulations s'enchaînent

Depuis déjà une semaine, les commerces le constatent. Dans l'hôtel que l'on peut voir dans le reportage en tête d'article, les annulations s'enchaînent. C'est du jamais-vu, selon la responsable. Pour cet établissement, c'est un manque à gagner de 1500 euros. "C'est 25% du chiffre d'affaires. Ça ne paraît pas grand-chose pour certaines personnes, mais c'est énorme à notre échelle", explique Tom Levacher, directeur de l'hôtel.

C'est la même situation chez un restaurateur. En ce début de week-end, il est impossible d'anticiper les réservations. Les professionnels restent attentifs, ils espèrent que la situation va rapidement se débloquer. "Surtout pour les vacances qui arrivent dans une dizaine de jours, on espère que ça va s'améliorer pour que les clients soient là pendant les quinze jours de vacances", rapporte Maxence Marilly, gérant du restaurant. Depuis le début de la crise liée au carburant, le nombre de touristes à Honfleur aurait déjà baissé de moitié.


TF1info | Reportage : M. Stiti, X. Thoby

Tout
TF1 Info