Éteindre la lumière, baisser le chauffage, isoler son logement : les Français multiplient les gestes pour réduire leur consommation.
Les municipalités doivent également être très vigilantes pour tenir leur budget en cette fin d'année.
Nous avons suivi la maire de la Ferté-Imbault (Loir-et-Cher), qui traque la moindre économie pour sa commune.

Avec Noah l'ourson, tout le monde veut sa photo. Cette décoration de Noël attire les regards, pas seulement parce qu'elle brille, mais aussi parce qu'elle consomme très peu d'électricité. Au Salon des maires, le mot d'ordre est de faire des économies d'énergie. Et dans ce domaine, ceux qui brillent cette année, ce sont les lampadaires de toute forme et plus innovants les uns que les autres.

Lampadaires éteints, illuminations de Noël a minima

Une réduction de la facture d'électricité, c'est d'ailleurs ce que recherche cette maire pour sa commune du Loir-et-Cher. Avec l'envolé du prix de l'électricité, Isabelle Gasselin, maire (SE) de la Ferté-Imbault, a déjà dû éteindre les 250 lampadaires de sa commune la nuit. Mais aussi une partie des guirlandes de Noël. "La commune est plus jolie avec des illuminations de Noël, malheureusement cette année, on est obligé de rogner dessus", se désole l'édile.

L'élue n'a pas le choix non plus en matière de chauffage, la facture de fioul a déjà débordé de 12 000 euros cette année. Alors une directrice d'école a pour consigne d'éteindre tous les radiateurs chaque soir. Et avec les autres élus de la commune, Isabelle Gasselin continue de traquer chaque dépense, même la plus petite. Car il est interdit pour une mairie de boucler son budget dans le rouge. "On est des comptables, on est des chefs d'entreprise, je suis sur le budget régulièrement, c'est indispensable", explique-t-elle. Une inquiétude qu'elle espère avoir l'occasion d'évoquer avec Emmanuel Macron qui se rendra mercredi au Salon des maires à Paris.


TF1 | Reportage Matthieu Desmoulins, Guillaume Vuitton

Tout
TF1 Info