Granulés de bois : la France contrainte d’en importer cet hiver ?

A. Lo.
Publié le 24 novembre 2022 à 17h06
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La demande en granulés de bois ne cesse de progresser.
Si bien que la capacité de production française pourrait ne pas être suffisante cet hiver.

Aucun mode de chauffage ne semble être épargné par les craintes de pénurie. Présenté comme une alternative au bois, combustible renouvelable au fort pouvoir calorifique, le granulé pourrait ainsi être victime de son succès. Si ce sont seulement 1,7 million de foyers français qui se chauffent de cette manière, la demande ne cesse d'augmenter, mettant sous tension la filière de production.

Une forte demande depuis le printemps

L'engouement pour ces petits cylindres de sciure de résineux compressée a été observé à partir du printemps, alors que les coûts du gaz et de l'électricité ont explosé, du fait de la guerre en Ukraine. Les consommateurs ont préféré se tourner vers cette alternative, et les poêles à granulés, qui étaient souvent un chauffage d'appoint, ont été allumés plus tôt ou ressortis des placards.

Si bien qu'il était très compliqué de se fournir en granulés cet été. Si la demande a chuté cet automne, notamment grâce à des températures bien plus élevées que la normale en octobre, ce qui a permis une certaine reconstitution des stocks, les prix restent élevés. Ils ont d'ailleurs doublé en un an. 

Au point que la capacité de la production française pourrait ne pas être suffisante. Selon les propos à l'AFP de Frédéric Plan, directeur général de la Fédération française des combustibles, carburants et chauffage, "les besoins annuels en granulés sont passés d'1,8 million de tonnes en 2020-21, à 2 millions en 2021-22 et sont estimés à environ 2,4 millions cette année".

Avec une production française estimée à quelque 2 millions de tonnes, le froid de la saison hivernale pourrait contraindre la France d'aller se fournir en granulés de bois à l'étranger. "Il faudra donc peut-être importer 400.000 tonnes. Tout dépendra de la rigueur de l'hiver", a estimé Frédéric Plan.


A. Lo.

Tout
TF1 Info