L'inflation a fait reculer la part du bio dans nos achats alimentaires.
Les agriculteurs en bio ne parviennent parfois plus à écouler leur production.
TF1 a rencontré une jeune productrice de poireaux, qui préfère les donner plutôt que de les détruire.

Les bottes sont obligatoires dans ce champ de poireaux bio de l'Oise. Depuis la veille, c'est cueillette gratuite pour tous, et certains sont venus en nombre, comme les membres de la famille Martin. Alertés sur les réseaux, depuis six heures du matin, ils ramassent sans s’arrêter, comme on le voit dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Une récolte bien rodée : les hommes cueillent, et Julie nettoie, avant d'emballer. La foule présente ce jour-là dans le champ ne l'étonne pas. "Avec la vie qu'on mène aujourd'hui, je ne suis pas surprise", nous explique la jeune femme, "les gens sautent sur la moindre affaire".

C'est important pour nous, au lieu de détruire, que ça profite au plus grand nombre
Pauline Drumont, agricultrice

Si la famille Martin est aussi affairée depuis l'aube, c'est que les poireaux de ce vaste champ sont offerts à qui veut bien les cueillir. Qu'est-ce qui est à l'origine d'une telle aubaine ? Les 40 tonnes de poireaux auraient dû être vendues par les agriculteurs qui les cultivent en bio sur un hectare, avant que les légumes n'atteignent leur terme. Il est maintenant trop tard pour les commercialiser, alors tout devait être détruit. Mais Pauline Drumont a voulu offrir sa production plutôt que de la jeter : "C'est important pour nous, au lieu de détruire, que ça profite au plus grand nombre". Le manque à gagner pour elle est de 25.000 euros.

Inquiète, jamais elle n'aurait imaginé une telle situation, il y a tout juste un an. "Notre crainte, c'est de devoir continuer à vendre nos produits bio au prix du non-bio, dits conventionnels", nous explique-t-elle. L'inflation est passée par là, et la demande de produits agricoles cultivés en bio a baissé de 15% en deux ans. Il faudrait que Pauline vende le kilo de poireau à 1,80 euro pour être rentable. Seul réconfort pour la jeune agricultrice, les clients affluent en nombre pour la soutenir dans sa boutique. Mais elle le sait bien, ce sont les rabais et les promos qui attirent avant tout.


La rédaction de TF1info | Reportage : Matthieu Dupont, Simon Humblot

Tout
TF1 Info