L'ombre des coupures de courant plane sur la France

Risque de coupures d'électricité : téléphone, écoles, ascenseurs... les réponses à vos questions

TF1 | Reportage Julien Cressens, Romane Rosso, Alexandre Tocny
Publié le 2 décembre 2022 à 11h25
JT Perso

Source : Le JT

La France va devoir procéder à des importations d'électricité cet hiver.
Mais même avec elles, nous n'échapperons peut-être pas à des coupures programmées.
Voici ce à quoi nous devons nous attendre.

En janvier, la situation pourrait devenir plus délicate sur le front de l'énergie. Le gouvernement prépare les autorités locales à d'éventuelles coupures de courant, programmées et ciblées, en cas de surcharge du réseau si les températures venaient à beaucoup baisser. 

Des délestages qui ne seront pas dus qu'à la météo, mais aussi à une production historiquement basse des centrales nucléaires françaises. Aujourd'hui, 26 réacteurs sur 56 sont toujours en cours de maintenance. 

Ces délestages seront connus avec quelques heures d'avance, la veille pour le lendemain, et relayés par les bulletins météo quotidiens de TF1. Une situation inédite en France qui pose de nombreuses questions. Car sans courant, même quelques heures, il faudra s'organiser.

Pourra-t-on téléphoner ?

Non. On ne peut pas le faire pendant les heures de délestage, de 8h à 13h ou de 18h à 20h. Quand il n'y a plus de courant, cela veut dire qu'il n'y a plus d'antenne mobile. En cas d'urgence, vous pouvez composer le 112, car les centres d'appels continueront de fonctionner. Vous pouvez aussi vous rendre en mairie où des agents se chargeront de contacter les secours.

Pourra-t-on amener ses enfants à l'école ?

Non. En cas de coupure d'électricité, elles devront fermer de 8 à 13h, le créneau de délestage en journée. Recevoir les enfants est jugé trop risqué, car sans électricité, il n'y a pas de chauffage ni d'alarme incendie.

Pourra-t-on prendre le train ?

Non. Pendant les heures de délestage, les trains pourraient rester bloqués sur les voies. Certes, les rames sont toujours alimentées, ce qui ne sera pas le cas des passages à niveau ni des feux de signalisation. Donc, soit on annule le train, soit on le fait passer ailleurs. 

Quid des ascenseurs, métro, péages ?

Pour les tramways et les métros, la situation sera la même que celle du train. 

Les barrières de péage, elles, sont alimentées de manière autonome et fonctionneront comme d'habitude. 

Ce qui n'est pas le cas des ascenseurs. Lors d'un délestage, seul votre courage vous permettra de monter les étages.


TF1 | Reportage Julien Cressens, Romane Rosso, Alexandre Tocny

Tout
TF1 Info