Sécheresse : 2022, une année historique

Du simple au double : pourquoi le prix de l'eau varie autant d'un département à l'autre ?

M.D. | Reportage TF1 Thomas Jarrion, Anaïs Lebranchu et Kévin Berg
Publié le 9 août 2022 à 17h15, mis à jour le 9 août 2022 à 17h22
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L’eau est soumise aux mêmes normes partout sur le territoire, mais elle ne coûte pas le même prix pour autant.
Le tarif peut varier du simple au double d’une région à l’autre, et parfois même d’une ville à l’autre.
Explications.

Pour se fournir en eau potable, un foyer français dépense en moyenne 190 euros par an. Mais d’une commune à l’autre, le prix au mètre cube varie parfois du simple au triple. On recense ainsi, dans l’Hexagone, pas moins de 10.000 tarifs différents. 

Direction Nice (Alpes-Maritimes), où la facture d’eau est l’une des moins élevées sur le territoire. "Non, je ne peux vous dire qu’elle est chère", admet un riverain, dans la vidéo en tête de cet article. "C'est tout à fait correct, ce n'est pas exorbitant du tout", confirme une autre habitante. En effet, elle coûte 3,40 euros le m3, une goutte d’eau en comparaison à d’autres villes. Alors, comment expliquer un tel prix ?

Lire aussi

Tout d'abord, à Nice, c'est une entreprise publique qui gère l'eau. Et d'après les élus locaux, cela coûte moins cher que de passer par le privé. Mais la raison principale est liée à la géographie. L'arrière-pays niçois et ses montagnes regorgent de sources d'eau de très bonne qualité. "Cette eau n'a pas besoin de traitement important. Donc, c’est vrai, elle coûte moins cher. En plus, on la récupère à travers le canal de la Vésubie, ce qui fait qu’elle arrive gravitairement. En d'autres termes, on n’a pas besoin de la pomper", détaille Hervé Paul, vice-président de Métropole Nice Côte d’Azur, en charge de l’eau, de l’assainissement et de l’énergie.

En Bretagne, dans les Côtes-d'Armor par exemple, il n'y a pas de sources montagneuses et peu de nappes phréatiques. Il faut donc chercher l'eau en surface. Alors, forcément, cela coûte plus cher à traiter et à récupérer, d'où un prix plus élevé de 5,74 euros le m3 (voir infographie ci-dessous). "On est obligés de faire des installations pour capter l’eau de surface. Soit, on fait des barrages. Soit, on la prend au fil de l’eau dans les rivières qui ont des débuts suffisants", explique Michel Raffray, président du Syndicat départemental d’alimentation en eau potable des Côtes-d’Armor (SDAEP 22). Par ailleurs, plus les habitations sont éloignées les unes des autres, plus le réseau coûte cher à installer et à entretenir.

D'une région à l'autre, les tarifs peuvent varier du simple au double. - TF1

De fait, en France, il n'y a pas d'uniformisation des tarifs, c'est à l'échelle locale que le prix de l'eau est fixé. La topographie, la densité d'habitants, le modèle de gestion, tout cela joue sur le montant de votre facture d'eau. De quoi expliquer ces disparités importantes sur le territoire. À ce jour, en se référant aux données de l'Observatoire des services publics de l'eau et de l'assainissement, hormis les Côtes-d'Armor, les départements où le prix de l'eau est le plus élevé sont la Manche, l'Orne, la Seine-Maritime, l'Aisne et l'Essonne, le Lot-et-Garonne et la Dordogne. À l'inverse, ceux où la facture est la moins élevée sont la Haute-Marne, les Alpes-Maritimes, les Alpes-de-Haute-Provence et la Haute-Garonne. 


M.D. | Reportage TF1 Thomas Jarrion, Anaïs Lebranchu et Kévin Berg

Tout
TF1 Info